Lemieux

  • Deux ans après Les Vieilles Peaux, voilà le retour du docteur Mars Catalono !
    C'est l'été à Soissons. Les résidents de la Maison des Dames essayent de retrouver goût à la vie. Ben, Rita et Pierre sont venus chercher dans cette ferme tenue par leur amie Mars Catalano réconfort et bienveillance. Ils ne se connaissent pas, mais ont tous traversé des épreuves (un regroupement familial qui se complique, un burn out, un licenciement).
    La disparition soudaine de David, un adolescent transgenre qui habite Soissons, provoque l'agitation dans la maison. La petite communauté décide de mener sa propre enquête, et croie comprendre que David est parti à Marseille pour des injections d'hormones...
    Mais l'enquête prend un tour nouveau quand ils apprennent que le fugueur serait séquestré quelque part à Soissons en raison de son orientation sexuelle, souffre-douleur des Caustaux, famille en bisbille avec la sienne pour des histoires de partage des terres.
    Toutes les hypothèses sont creusées. Excepté ce qui était pour eux inconcevable... Le mystère ne fait que s'épaissir.

  • Mercredi 18 mai : une lettre anonyme est remise au commandant Roland Grillet de la DGSI. Elle annonce l'imminence d'un attentat à Paris, préparé par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest. Une course contre la montre commence. L'enquête s'oriente rapidement vers le trafic international d'oeuvres d'art, troisième source de revenus des terroristes. De la région nantaise au Maroc en passant par Panamá, Grillet va découvrir une filière de copistes géniaux, de troubles commanditaires, et la figure d'un grand businessman de l'art qui, à trop fricoter avec les jihadistes, essaie maintenant de se dépêtrer de l'enfer. Pour démêler le vrai du faux, il dispose d'une arme fatale : le « rêve lucide », ou le pouvoir d'orienter ses rêves à sa guise.

  • En quelques jours, quatre meurtres monstrueux sont commis en région parisienne : d'abord trois personnages à la réputation sulfureuse, puis un directeur financier de l'organisation culturelle des Nations Unies. Seule la mise en scène de ces drames semble les relier : la décapitation des victimes, signature du terrorisme jihadiste. Roland Grillet, colonel de la DGSI, enquête avec la brigade criminelle parisienne. S'agit-il réellement d'attentats terroristes ou bien les méthodes employées ne sont-elles qu'un leurre ? Mais une histoire de moeurs surgie du passé vient bientôt se greffer sur ces crime. Peu à peu, l'affaire contraint le colonel Grillet à remonter à la source d'un trafic macabre, mettant en lumière d'inédites relations entre terrorisme et grand banditisme...

  • Fin des années 1990 à Paris. Une bombe explose. Sam Brown se retrouve à l'hôpital. Était-il visé par cet attentat ou simplement victime collatérale d'une bombe qui visait une boucherie casher ?
    Cloîtré dans sa chambre, il va assister et participer bien malgré lui à une lutte entre de curieux adversaires...
    En pleine crise de la vache folle, la filière viande est en crise, et les boucheries casher n'y échappent pas. Le Consistoire, institution religieuse de référence qui délivre la certification de casherout contre menue monnaie, voit elle aussi ses revenus dangereusement baisser.
    Surtout qu'il y a de la concurrence sur le marché de la délivrance des certificats, d'autres rabbins ayant vu le bénéfice qu'ils pouvaient tirer de ce commerce...
    /> De toutes parts, on fait appel à Sam Brown malgré sa retraite hospitalière. La bande à Zaoui, qui règne sur le quartier à coup de racket, est évidemment sollicitée pour exercer ses talents avec la bénédiction de certains rabbins. Dans cette lutte sans pitié entre coreligionnaires, Sam Brown va tenter de s'en sortir.
    À partir de ce qui fut la tragédie de la vache folle à la fin des années 1990, l'auteur s'est permis d'imaginer cette histoire d'une drôlerie... saignante !

  • Les vieilles peaux

    Danièle Ohayon

    • Lemieux
    • 23 Juin 2015

    Premier opus d'une série intitulée « La maison des dames », ce polar d'idées aborde des sujets de société dérangeants comme le vieillissement et sa place dans la cité, la question du genre. Une écriture subtile et envoûtante.
    « Peu prisé des Parisiens qui partent en masse passer leurs week-ends à l'ouest de la capitale, le sud de l'Aisne, à une heure et quart de Paris, dévoile une beauté douce. C'est une modeste provinciale aux atouts discrets et sûrs, quels que soient les caprices du temps. Les chanceux qui l'ont découverte y restent attachés comme Thésée au fi l d'Ariane. » En quelques lignes, Danièle Ohayon campe son univers de fausse douceur, de lumière mouillée et de perversité. Autour de la Maison des Dames et du personnage central, la toubib humaniste Mars Catalano, se déploie une histoire vénéneuse où le théâtre des apparences perd délicieusement le lecteur. Sur les terres de l'Aisne en effet, sévit un serial-killer d'un nouveau genre : un tueur de personnes âgées. Où l'on voit aussi des activistes pro-seniors, les Indignés gris, un journaliste transgenre, une étrange station de radio, et même un médecin tchadien en exil.

  • Samuel Bronstein, qui préfère se faire appeler Sam Brown, se rêve détective privé intrépide dans une ville comme Paris. Son univers se teinte de tradition yiddish un brin exotique, mais aussi de fantaisie et d'angoisse toutes personnelles.
    Pour l'instant, notre enquêteur a deux clients, l'un qu'il va d'ailleurs mettre longtemps à rencontrer car le second lui pompe toute son énergie. Madame Schwartz, en effet, lui a confié une enquête inhabituelle : son mari, dont le passé est obscur, est-il juif ou non ? Et au fond, Sam Brown, lui, qui est-il vraiment ? Une enquête empoisonnée en cache une autre.
    Vingt ans après avoir publié ses Trous de mémoire (Denoël, collection « Sueurs froides », 1994), l'auteur ressuscite son personnage tendre et drôle et lui promet bien des péripéties et des introspections doucesamères dans le Paris de la rue des Rosiers.

empty