Langue française

  • Des tempêtes sévissent depuis trois mois, rendant inaccessible le phare de Babel. Deux hommes sont à l'intérieur, luttant contre le froid, l'abattement et la folie. Pour la quatrième fois le Kélouane tente d'accoster. La houle est encore trop forte, le bateau ravitailleur fait demi-tour et s'éloigne, laissant les deux hommes dans un accablement absolu. Le magasin est inondé, la porte du bas a cédé. Au-dessus, la salle des machines commence à essuyer des vagues. Il faut réparer la porte. L'eau s'infiltre, les provisions s'amenuisent, les deux collègues sont épuisés, ils ne se parlent plus. Il est temps d'allumer le phare. Pour atteindre la lanterne, il faut gravir trois cent dix-sept marches. Une fois allumé, le phare ne doit jamais rester sans surveillance, mais le collègue pour la relève ne vient pas. Il semble avoir disparu. Ce roman à rebondissements raconte l'histoire d'un homme, gardien de phare, et de sa fuite désespérée.

  • Sous forme d'intrigue policière, avec pour théâtre des guerres civiles qui secouent l'Afrique, l'auteure explore les abysses qui habitent l'être humain en retraçant l'histoire de deux destins dont le cours s'inverse. Celui d'une tueuse à gages métisse franco-africaine dans le couloir de la mort d'une prison américaine et celui d'un agent du FBI en instance de divorce. Pourquoi Sekhmet, enlevée à sa famille depuis son plus jeune âge et formée à devenir une tueuse, s'est-elle rendue au FBI en révélant l'ensemble des activités criminelles de ses comparses ? Que se cache-t-il derrière cette reddition qui pour l'agent Gus Sawyer comporte tous les indices d'une manipulation ? Et à qui profite-t-elle ? Que contient le courrier que Sekhmet écrit depuis le couloir de la mort à Nicolas ? Deux humanités aux destins singuliers, deux humanités en apparence opposées, qui, confrontées à des équations de vie aux paramètres incertains et violents, parcourent chacune à leur tour des territoires intimes jusqu'alors ignorés d'elles. Jamais Gus Sawyer n'aurait pu imaginer que sa vie entière ainsi que les artifices qui la soutenaient voleraient en éclat le jour où il rencontrerait la tueuse. Jamais Sekhmet n'aurait imaginé aimer un homme, livrer ses compagnons d'armes, et rechercher une forme de rédemption dans son couloir de la mort. La voleuse de nuits parcourt les équations irrésolues de la condition humaine, unique dans sa diversité et pourtant universelle.

empty