Allia

  • Lorsqu'en 2008, le juge Castresansa s'empare de l'affaire du meurtre de Rodrigo Rosenberg, avocat guatémaltèque estimé, il ne sait pas qu'il va ouvrir une boîte de Pandore. Dans un pays où le complot est de règle et la corruption une éthique, la suspicion règne. Car cette enquête retrace aussi l'histoire d'un pays. Par une minutieuse reconstitution des faits, Grann montre que le crime s'accomode autant de vrais mensonges que de fausses vérités. Le moteur du récit : de multiples retournements de situation. D'autant que David Grann parle par la voix. de la victime. Voix d'autant plus gênante que l'homme est mort. La vidéo devient alors l'outil de la confession, en l'occurrence publique, car diffusée sur YouTube. Cet ouvrage est aussi la chronique d'une véritable crise politique.

  • Frédéric Bourdin est l'un des plus grands imposteurs du XXe siècle, un manipulateur et un comédien hors pair. Au cours de son atypique "carrière", il s'est introduit dans des familles et foyers d'accueil... de plus de 10 pays. À 30 ans, il endosse systématiquement le rôle d'un adolescent meurtri, maltraité, en quête d'un foyer. Grann relate en particulier le plus spectaculaire de ses travestissements. Durant 5 mois, le Français va se faire passer pour Nicholas Barclay, un jeune Américain disparu. Aveuglée par l'espoir de revoir son frère, la soeur de Nicholas se rend jusqu'en Espagne pour le ramener aux États-Unis. Bourdin reproduit alors les gestes et habitudes du disparu, s'appuie sur des photographies, films et souvenirs familiaux. Jusqu'à la découvertre par le F.B.I. de sa supercherie.

  • 23 décembre 1991 : un incendie ravage le pavillon familial de Todd Willingham, dans la banlieue de Corsicana au Texas. Le père de famille était resté seul avec Amber, sa fille de 2 ans, et ses deux jumelles, Karmon et Kameron, âgées de 1 an. Or, il est le seul survivant. Très vite, il est accusé d'avoir volontairement provoqué l'incendie. Il est condamné à mort en 1992 et sera exécuté douze ans plus tard. Or, sa route a entretemps croisé celle d'Elizabeth Gilbert, une professeur de français visiteuse de prison. Au fil de ses entrevues avec le condamné, celle-ci finit par être convaincue de son innocence. Elle retrouve également Johnny Webb, un prisonnier qui avait témoigné contre Willingham. Délinquant notoire, celui-ci fait volte-face, arguant avoir agi à l'époque sous l'effet de cachets. La question se pose fatalement : et si le Texas avait exécuté un innocent ? Dans cette nouvelle enquête, David Grann interroge la fiabilité du système judiciaire de l'Etat du Texas, connu pour être le plus grand pourvoyeur de condamnés à mort. Cet Etat n'aurait-il pas assassiné Todd Willingham, alors que celui-ci a toujours clamé son innocence ? Menée dix-huit ans après les faits, l'enquête de Grann conclut à un déni de justice, montre que cette affaire contient tous les ingrédients classiques de l'erreur judiciaire. Nulle contre-expertise en effet au diagnostic de l'expert-psychiatre qui avait décrit un "sociopathe très dangereux"... sans jamais l'avoir rencontré...

  • Interrogatoires regroupe deux des procès que subit Dashiell Hammett pour ses accointances soupçonnées avec l'idéologie communiste. Le premier, daté du 9 juillet 1951, l'accuse d'être l'un des administrateurs du fonds de cautionnement du Congrès des droits civiques de New York. L'autre, daté du 26 mars 1953, questionne la part de propagande communiste dans ses ouvrages, dont certains sont présents dans les centres de l'United States Information Agency (USIA), organisme international qui dépend du Département d'Etat. Oscillant entre " Je ne peux pas répondre à cette question " et " Je dois refuser de répondre à cette question ", Dashiell Hammett ne se livre jamais à ses enquêteurs. On l'accuse de " mépris " et d'" entêtement " à l'égard de la cour ! Nous ne sommes pas très loin de la passivité subversive du fameux employé de bureau, Bartleby, peint par Herman Melville, qui n'a de cesse d'opposer à tout ordre que lui adresse son patron, un sempiternel " Je préfèrerais ne pas " !

  • Chicago-Ballade est une plongée au coeur du Chicago des années 20 et une exploration des dessous de l'un des mythes qui lui est associé, le gangster. Au lendemain de la promulgation de la loi Volstead qui instaure la prohibition, le crime organisé fait main basse sur la ville et fait régner la terreur. Les circonstances permettent à Al Capone d'accéder à la tête du réseau de contrebandiers qu'il érige rapidement en véritable empire industriel. A travers cet essai, H.M. Enzensberger revient sur l'ascension fulgurante de ce grand magnat du crime et tente de dévoiler les arcanes de la société secrète dans laquelle il évolue. La figure mythologique du gangster n'est pas née ex-nihilo. Elle n'a pu voir le jour qu'à cet instant précis de l'histoire, caractérisé par un marasme politique et une économie moribonde, portée par l'assentiment et l'inconscient de la société américaine de l'époque.
    Un texte d'une étonnante actualité par ces temps de confusion entre crime et politique.

  • La vie de Hammett, depuis ses débuts comme détective privé, en passant par son activité de scénariste à Hollywood, ses démêlés avec le FBI, son engagement contre le Maccarthysme, sa liaison avec Lillian Hellman, jusqu'à son brutal renoncement à l'écriture, est entourée de mystères que cette correspondance (plus d'un millier de lettres) vient pour la première fois éclaircir. Mais, au-delà de l'aspect intime, ces lettres bourrées d'humour et d'autodérision sont également un extraordinaire document sur l'art d'écrire et offrent un tableau saisissant de l'évolution de la société américaine.

empty