Verone

  • Le chaos de Sullivan

    Rémy Pulvar

    • Verone
    • 1 Septembre 2018

    Sullivan de Georges est un trader Parisien, bourgeois, addict aux excès. Dans la fureur de ses combats clandestins chez les riches avides de spectacle, il lutte aussi contre lui-même aux quatre coins du monde.
    Mais des yeux l'observent, le guettent et le suivent dans son mal de vivre. Son salut viendra-t-il de son amour pour ce pays plein de charme et de saveurs qu'est le Kenya, ou de cette sublime femme africaine rencontrée dans le hasard de sa vie tumultueuse ?

  • Le diable est une femme

    Gérald Wittock

    • Verone
    • 1 Février 2021

    L'histoire nous décrit, en quatre nouvelles, la vie des hommes à la recherche de leurs âmes soeurs. Ils ne peuvent vivre sans elles, alors ils tentent de les apprivoiser.


    Ces accros à la beauté diaboliquement féminine vont faire la rencontre de leur antihéros, homosexuel refoulé. Ils vont devoir affronter un monde dominé par les femmes. Leurs confidences réciproques vont les rapprocher et les lier, intimement. Jusqu'à les unir??


    Plutôt détonant, cet ouvrage mêle la musique à la plume humoristique et aiguisée de l'auteur.

  • Le voeu

    Arminda Fernandes

    • Verone
    • 1 Juin 2018

    Éric, Baptiste, Henri, Annette, Louis et Hélène, six enfants âgés de 4 à 6 ans, partagent une destinée à fendre l'âme. Tous issus de parents décédés ou défaillants, ils se voient placés dans une famille d'accueil commune et maltraitante. Pour ne pas mourir de chagrin, ils créent un lien proche de celui du sang, qui n'existe que par leur seule volonté. Ils se décrètent frères, mettent leurs larmes dans leur poche, et un mouchoir par-dessus. Ils vivent mille histoires, tristes ou joyeuses, et font un voeu. Pour le voir se réaliser, ils sont prêts à tous les sacrifices.

    « Mon Dieu, je ne comprends pas pourquoi ma mère est morte le jour où je suis né, et je ne comprends pas pourquoi la maladie a tué mon papa. Il était si gentil et je l'aime tant... je t'attends. J'ai rempli ma valise. J'ai pris un pyjama, un pantalon, un tricot, une paire de chaussettes, une culotte... et mes livres. Sans eux, mon gentil Dieu, je serais parti avec mon père. Mais j'avais trop peur de la mort... aujourd'hui je me tiens prêt. » Les jours passèrent... et Baptiste posa ses valises, ses chagrins, ses espoirs et tout le reste, à côté de ceux d'Éric...

    À l'âge adulte, ils ont décidé de raconter leur histoire.

  • L'économie n'est pas neutre. Ce livre soutient qu'une théorie est toujours le produit d'une vision particulière du monde ; le sérieux des chercheurs n'y change rien. L'auteur développe ses arguments en mobilisant l'histoire des doctrines économiques, les théories actuellement à l'oeuvre et les pratiques contemporaines de l'économie de marché. En revendiquant sa neutralité, la science économique dominante en est arrivée à légitimer les outrances d'un néolibéralisme fauteur de violences sur les individus, l'équilibre social, l'environnement et la démocratie. Mais ce livre ne se contente pas de déconstruire. Il propose des pistes pour libérer l'économie de son attraction quasi exclusive pour les sciences dures et expérimentales. L'objectif, nous dit l'auteur, est d'arriver à ce que l'économie se nourrisse également de sa proximité féconde avec la philosophie morale et politique. Face aux immenses choix qui se dressent devant nous, la société et les citoyens ont besoin d'être éclairés par les analyses et les théories d'économistes qui assument pleinement leurs visions du monde. Michel Dévoluy est professeur honoraire d'université. Titulaire d'une chaire Jean Monnet d'économie européenne, il est l'auteur de plusieurs ouvrages. Il fut à Strasbourg pendant 20 ans responsable éditorial du Bulletin de l'Observatoire des politiques économiques en Europe.

  • Un hiver à Perharidy

    Yvan Chabanot

    • Verone
    • 7 Février 2018

    Couché sur un brancard, je vois le plafond s'écouler. Je vois des tubes lumineux masqués par des grilles. Des carrés de 50 sur 50 se succèdent au-dessus de moi. C'est le plafond d'un couloir d'un service médical que je quitte couché, poussé par des ambulanciers. Je demande à faire un arrêt au stand, à la salle des soignants, pour les saluer et remercier une dernière (?) fois. Mais, je tombe mal, c'est l'heure des transmissions, l'heure des échanges d'informations d'équipe à équipe. Des sourires s'échangent, des encouragements, des remerciements rapides sont exprimés, mais de manière assez impersonnelle...

  • Emily Paterson

    Emmanuel Stoll

    • Verone
    • 1 Juin 2018

    « Pour quelles raisons Paul avait-il quitté précipitamment Brighton ce matin-là ? » Cette question hantait Emily Paterson pendant plus de 20 ans.
    Icône de la chanson et du cinéma, elle était devenue depuis des années la coqueluche des tabloïds anglo-saxons, elle avait toujours été très entourée, mais malgré cela, Paul lui manquait terriblement.
    Au fond d'elle, elle espérait toujours que cette médiatisation lui permette de le retrouver un jour. Paul, quant à lui, n'avait malheureusement pas vécu la vie qu'il aurait voulue.
    Leurs chemins allaient-ils se recroiser à nouveau ?

  • Barzingue

    Gérard Keiff

    • Verone
    • 1 Février 2019

    « ... Marian était jolie. À plus de cinquante-six ans, elle lui semblait encore plus belle que la jeune femme un peu boudeuse qu'il avait connu à vingt ans, ses yeux, ses lèvres, ses seins, ses fesses, son sexe, il aimait tout mais plus encore il aimait quand elle le regardait, elle transpirait l'amour par tous les pores de sa douce peau et lui, pourtant difficilement sensible, il ressentait toujours ça au travers même de ses chairs.
    Son attention dut se détourner de sa compagne et co-pilote (c'est elle qui effectuait tous les réglages et vérifications inhérents aux manoeuvres), car la procédure d'accostage sur Pari IM, demandait pas mal d'attention. Il était soucieux : « Que pouvait bien vouloir Mary Pôl, la Conseillère Nationale qui lui avait fait savoir qu'elle souhaitait s'entretenir avec eux avant la tenue du Concile Supérieur ?...  »   Gérard KEIFF est né le 6 janvier 1958 à Alger.
    Il vit dans le sud de la France.
    Il a exercé de nombreux petits boulots avant d'intégrer la Banque de France en 1982. Il est l'un des membres fondateurs de SOS Racisme dans la région PACA et a participé à la création de la première Maison des Potes en France. Politique engagé au Parti Socialiste pendant huit années. Syndicaliste pratiquant pendant trente-cinq ans. Coordinateur National des Comités d'Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail de la Banque de France durant dix ans. Aujourd'hui, libre de tout : fonction, appareil ou obédience, il livre ici son premier roman de « fiction ? » Un livre... bizarre.

  • La musique de ta vie...

    Alain Nahum

    • Verone
    • 1 Avril 2019

    - Nino n'est pas mon fils.

    C'est ainsi que Clara Tedeschi apprendra de la bouche de sa belle-mère que cette dernière n'est pas la génitrice de son mari.
    Inspirée par un psychologue loufoque, elle sera embringuée malgré elle dans une course folle en Italie, à travers le passé vénitien de la famille Tedeschi.
    Grâce à des amis italiens enjoués, elle y retrouvera la trace de la vraie mère de Nino et celle, jusque-là insoupçonnée, de son frère jumeau.

    L'adage populaire veut que l'amour donne des ailes. À travers cette folle aventure, inspirée de faits réels, cette maxime va, à nouveau, se vérifier.

  • C'est l'histoire d'une rencontre entre deux êtres que tout sépare en apparence. C'est aussi, au terme d'une existence, celle de toutes les interrogations pour Julia, en quête de son passé oublié. Au coeur du Lot, un homme construit sur des ruines et une jeune femme enthousiaste aux aïeux passionnés vont être réunis autour d'une mystérieuse disparition. Les objets abandonnés, en livrant leurs secrets, échafaudent un scénario intrigant auquel personne ne veut croire. Un carambolage surprenant d'espace et de temps, sur fond de meurtre présumé, de bibelots volatilisés, et de raffinement japonais.

  • Le présent opuscule vise à une présentation partielle de l'imaginaire qui habite la culture créole guyanaise. Les enjeux de l'écosystème linguistique créole-français irriguent les textes. Lecteur c'est donc une invitation au canotage entre terres et eaux, air et mots pour découvrir la lointaine Guyane amazonienne.
    En résonance avec l'essai du linguiste Bernabé, Obidjoul, paru en 2013. Un des textes en créole souligne les mécanismes qui sont à l'oeuvre dans le cadre d'une aventure auditive. « wap ti kap ti kap wap ! » loin de n'être qu'une onomatopée, ce son est celui de la baguette contre la caisse de bois ou le son vocal a cappella des chanteurs lors des soirées de conte. C'est aussi le tempo particulier d'une vision du monde où le tambour ancestral et le rythme cardiaque se sont alliés hier et aujourd'hui pour tracer les chemins neufs vers des devenirs qui s'extraient peu à peu de la brume des soifs d'or, des profits, des maxi-mondialisation, de l'inconnaissance de nous et de la terre Mère.


    Myrtô Ribal Rilos est née en Guyane, chercheure associée dans les laboratoires de l'UAG et de l'UG, elle est l'auteure d'articles dans le domaine des Langues et Cultures Régionales (Manioc, Canopé). Elle a enseigné en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane.

  • Des moments possibles

    Nadine Lamaison

    • Verone
    • 1 Juillet 2019

    «?Si elle pouvait fonder un cercle de gens vrillés, de sans direction fixe, d'individus à prises multiples, elle prendrait Rina par la main : bienvenue chez nous, ici on a mal, on marche à côté des routes, on a des cicatrices et des plaies ouvertes, on avance à tâtons et on régresse souvent, on gomme, on hurle en dedans, on pleure pour se dire qu'on continue. On apprend à sécher ses larmes. On rafistole.?»Clara, l'artiste, la fille chiffonnée, et Rina, la femme du fond de la cour se rencontrent. Elles vont s'arrimer l'une à l'autre pour une possible rémission.Nadine Lamaison est née en 1947. Elle a été enseignante, chroniqueuse, formatrice en relations humaines et assistante metteur en scène. L'écriture, à laquelle elle se consacre désormais, a été le fil rouge de ses différentes activités. Elle a publié divers ouvrages dont un manuel de comportement pour hommes d'affaires, un roman (Les Yeux de Pierre) et écrit des textes qui ont été portés à la scène.

  • Le dilemme national

    Thierry Braillard

    • Verone
    • 14 Août 2020

    Mathilde est une provinciale esseulée, endettée, isolée, et en proie à un déclassement malgré son travail à temps partiel comme secrétaire dans un cabinet d'avocats.Repliée sur elle-même, elle suit son unique amie, Chantal, qui la sort de sa routine et la pousse à s'intéresser aux discours des Gilets jaunes, aux questions migratoires, à la problématique de l'intégration républicaine et du racisme, jusqu'à l'amener à s'enrôler au Rassemblement National.Entre-temps, Mathilde rencontre l'homme de sa vie, celui qui la tire vers le haut. D'origine maghrébine, modèle d'intégration réussie, le beau Ryan (en réalité?: Rayanne) ne connaît pas et ne doit surtout pas découvrir l'activité politique que Mathilde veut lui cacher. Mais cela devient difficile quand on a sa photo sur une affiche ou dans des journaux.Quand le sentiment de trahison est extrême, peut-il y avoir réconciliation??Ce voyage très contemporain dans la France rurale et semi-urbaine relate une belle et mystérieuse histoire d'amour sur fond de campagne électorale.Thierry Braillard tire de son expérience sa connaissance du terrain qu'il dépeint?: avocat au barreau de Lyon, il a aussi contribué à la «?chose publique?», jusqu'à son engagement comme élu local, régional, député puis au Gouvernement en qualité de secrétaire d'État aux Sports de 2014 à 2017. Il restitue une parole qu'il a su écouter, ainsi que des phénomènes qu'il a pu vivre ou observer.Républicain dans l'âme, il y met des sentiments, de l'humour, et surtout, en cette période de tensions et de questionnements, un bel optimisme.

  • «?Tout à coup, son regard s'arrêta, irrésistiblement attiré par deux yeux noirs ou verts - il ne savait pas trop - qui le fixaient avec intensité. Ils appartenaient à une brune bien proportionnée, aux courbes agréables, qu'il découvrait de l'autre côté du terrain de basket. Son regard délivrait un message. Martial en était sûr mais, sans expérience et plutôt timide, au lieu d'être encouragé, cela le désarmait. Seuls leurs regards construisaient un lien déjà très fort.?»Martial et Agnès ont tout de suite compris qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Mais la vie est-elle un long fleuve tranquille?? Leur destin sera-t-il semé d'embûches?? Les protagonistes parviendront-ils à affronter les obstacles qu'ils rencontrent??Michel GUITTARD est né en 1936 à Talence. Pendant trois ans, il enseigne dans une école primaire avant de devenir Professeur d'éducation physique. Après 64 ans de bénévolat dans l'athlétisme, il obtient la médaille d'or de l'EPS. Passionné de littérature, il écrit plusieurs romans de fiction et signe avec Une très longue parenthèse son premier ouvrage publié.

  • En se dirigeant vers le laboratoire, Aline croise Guy. Elle n'en croit pas ses yeux : comment se fait-il qu'il soit autant affecté par la situation ? Elle sent que quelque chose lui échappe.Ce matin-là, la tension est perceptible à l'accueil du laboratoire. Une délégation du personnel est rassemblée à proximité et scrute du regard Anna et Valentin, qui patientent dans le hall. Seront-ils interpellés avant de rejoindre la salle de réunion ? La délégation demandera-t-elle à participer à cette séance de crise ?Véronique Kowecka est une praticienne du monde du travail. Experte reconnue dans le management humain de négociations sociales et processus complexes, elle intervient auprès de dirigeants et actionnaires nationaux et internationaux de grands groupes et de PME, accompagnant des stratégies de croissance rapide. Médiatrice depuis 2007, coach depuis 2012, l'accompagnement du changement est le fil rouge de son parcours, en appui auprès des individus, équipes managériales et des collectifs de travail. Ses précédentes publications, plusieurs fois rééditées, ont affiné une plume et un style propres et propices à l'aventure d'un roman d'entreprise.Christian Batany est un mécanicien de la relation, un pompier capable d'éteindre le feu qui brûle en chacun des individus qu'il rencontre, un démineur de tensions qu'il trouve sur sa route. Créateur de dialogue et facilitateur de mieux-être dans la relation au travail, ses précédents ouvrages sont réédités plusieurs fois et lui donnent, ainsi, cette légitimité d'auteur résolument optimiste pour explorer cette fois-ci une nouvelle voie : celle du roman d'entreprise.

  • Les notes du coeur

    Christeen B

    • Verone
    • 1 Août 2018

    C'est en voyageant, autour du monde, que j'ai pris conscience de la musicalité de notre langue, et, de la chance que nous avions de pouvoir graduer nos pensées et nos sentiments.
    Je n'ai aucune prétention si ce n'est celle de manier notre langage et de marier les mots pour colorer les souvenirs, caresser les émotions, sculpter le sourire, mettre en image l'illusion.
    Si mes premiers vers furent des pansements thérapeutiques, les suivants jouent avec les mots, voire en inventent même, selon les subtilités de notre grammaire, afin de réveiller la mémoire et célébrer La Vie L'Amour et... notre Pays.
    J'ai plusieurs chapeaux mais mon préféré est celui qui laisse partager l'ombre pour mieux apprivoiser la lumière en mots.

  • Ma chère colocataire

    Fabienne Bachelet

    • Verone
    • 1 Novembre 2020

    Six mois. Encore six mois et Alicia pourra enfin terminer son doctorat de Lettres. Les six mois les plus sereins de son existence?? Certainement pas?!
    Lorsque son propriétaire lui demande subitement de rendre son studio, Alicia se tourne vers son frère, Nicolas, pour qu'il l'aide à trouver une solution d'urgence.
    Le jeune homme va alors occasionner une rencontre fortuite entre Alicia et son ami Henri, un jeune physicien de génie, qui marquera à jamais un tournant dans la vie de la jeune femme et des personnes qui l'entourent.

  • « La vie n'est pas juste, c'est juste la vie. » Chance (il n'y croit pas), opportunités (il les saisit), Philippe Saubadine investit pleinement la vie par ses choix qui sont l'antidote à la résignation.
    « J'habite à Ouargla, territoire des Oasis dans le Sahara algérien, nous sommes au mois de mars 1957 et je vais vers mes six ans. » L'auteur entame dès lors une vie de nomade. Son enfance saharienne le confronte tôt à la différence, lui seul petit blanc au milieu des enfants arabes et noirs dans l'école primaire à classe et instituteur uniques. Cette différence, il la côtoie à nouveau lorsqu'il rentre à Bayonne, lui couleur pruneau au milieu des petits basques, landais, et espagnols réfugiés.
    /> Du Pays basque à Paris, de Lyon à Pau, son parcours non linéaire le conduit aussi outre-océans : Afrique, Moyen-Orient, Amérique latine. Volonté et circonstances vont l'amener à découvrir l'origine de son patronyme, intégrer les troupes aéroportées, naviguer sur l'Ogooué pour livrer des vaccins, assister au retour de Khomeiny à Téhéran, être admis au repas d'une famille de paysans mayas. Et, surtout, à comprendre les cultures et les traditions. Ne rien forcer, ne rien rejeter mais admettre.

  • Aralias ; révolution

    Bastien Beaussart

    • Verone
    • 1 Septembre 2020

    Après trois ans de conquêtes, l'empereur Ardenon est de retour à Aralias. Trois nouveaux royaumes ont été conquis. Pour cette occasion, l'empereur défile sur l'avenue des rois, exposant prisonniers de guerre et trophées au peuple.

    Dans les campagnes, Alis et ses amis mènent une vie de hors-la-loi. Lors d'une mission qui tourne mal, ils découvrent les décors d'un régime de terreur instauré par l'empire.

    Entre paysages vallonnés, passions, enjeux politiques et affrontements, Aralias assistera à la naissance d'un héros, d'une héroïne, d'une révolution.

  • La cage aux cerfs-volants

    Mai Vân

    • Verone
    • 13 Février 2018

    Octobre, novembre, l'adepte de la voile guette l'aigrette blanche à l'horizon, les voliers qui du large amènent Eole dans leurs ailes, le plaisir de naviguer de nouveau, le pain sur la table.

    Bordée de rouges falaises, une paisible station balnéaire baignée par la mer de Chine, balayée par la mousson. Arène de glisse nautique où l'on entend saluer en sourdine ceux qui vont mourir, îlot cosmopolite noyé dans un océan de natifs. C'est ici que débarque se faire moniteur de kitesurf un indigène au passé chargé, Nègre-Jaune, qui n'a jamais vu la mer. À la Cage aux cerfs-volants, club de voile quatre étoiles, notre blanc-bec quinquagénaire tombe amoureux de la jeune masseuse vedette.

  • Le temps d'un songe

    Stéphane Ory

    • Verone
    • 19 Octobre 2017

    Sofia avait tout pour être heureuse : une famille très unie, des amis formidables et un petit-ami idéal. Mais lorsque ses parents lui annoncent leur déménagement imminent dans une petite ville perdue proche de Valence, tout s'effondre.
    Ses sentiments amers vont cependant rapidement s'estomper lorsqu'elle s'éprend d'un jeune garçon de sa classe, Eden. Dès cet instant, bon nombre de ses rêves deviennent prémonitoires et tout semble la lier au mystérieux adolescent.
    Alors que tout porte à croire qu'ils sont faits l'un pour l'autre, le malheur s'abat autour de Sofia à mesure qu'elle se rapproche d'Eden...

  • Les univers parallèles

    Michel Leysens

    • Verone
    • 7 Février 2018

    Pierre, qui s'est fait plaquer par son amie, distrait son chagrin sur des sites de rencontres.
    D'incursions en incursions, il ne tarde pas à céder à l'addiction, et à se connecter régulièrement, jusqu'à rencontrer une femme qu'il apprend à découvrir au long de leurs échanges de courriels.
    Cette liaison virtuelle, si légère en apparence, le confrontera à un imbroglio qu'il était loin de prévoir?!

  • Une balade entre l'Histoire, la mer, et la nature des Tropiques...

    À Malte, les chevaliers de Saint-Jean veillent jalousement sur la Méditerranée, le mare nostrum de la vieille Europe ; mais la Révolution française arrive, bousculant cette institution multiséculaire. L'époque n'est plus aux moines-soldats, et l'un d'eux, séduit par une jeune femme, court à sa recherche dans l'Océan Indien. Avec lui nous côtoyons quelques-uns des plus beaux paysages du monde et plusieurs épisodes de l'Histoire de la France d'outremer où se propagent les échos de la Révolution et de l'Europe en guerre. Le chevalier de Malte combattra en mer des Indes, il y croisera des corsaires, des négriers, des botanistes voyageurs et des aventuriers perdus.

  • La technique du piano est présentée ici dans ses fondements et dans ses gestes.
    Toutes les formes d'écriture pianistique se ramènent en tout et pour tout à quatre formes de jeu selon les parties du bras qui sont susceptibles de prendre l'initiative de l'attaque et de produire le son, à savoir les doigts, la main, l'avant-bras et le haut du bras.
    Cet ouvrage décrit ces quatre formes de jeu et passe en revue leurs multiples applications en donnant de nombreux exemples tirés du répertoire classique.
    Chacun se voit ainsi donner la possibilité d'effectuer les gestes qui s'imposent selon le passage considéré pour en traduire le contenu musical, au lieu de passer par la méthode aléatoire des essais et des erreurs ou de se laisser duper par des pédagogies qui se veulent d'autant plus péremptoires qu'elles sont inefficaces.
        Eric Robine a consacré de nombreuses années à étudier l'impressionnante littérature sur le jeu du piano et à expérimenter les diverses théories enseignées dans le monde. Parallèlement Eric Robine en tant que pianiste amateur s'est constamment entouré des conseils de grands interprètes. Son parcours a été jalonné par une thèse d'université à la Sorbonne, qui a été le point de départ de nouvelles recherches ayant abouti définitivement à la synthèse exposée ici, qui met les secrets de la virtuosité à la disposition de tous les amoureux du piano.

  • Une allée de graviers me conduit à la villa. Élégante, revêtue de pierres, certaines plus chaudes que d'autres sous cette écrasante journée du mois d'août. L'air reste tiède à l'approche de la soirée. Mer et campagne se donnent rendez-vous à quelques mètres l'une de l'autre. Une mouette survole le jardin. L'envie de se promener sur ces grandes plages à marée basse se fait ressentir. La voiture s'arrête. On vient m'ouvrir la porte. Je descends, escarpins rouges aux pieds. Le propriétaire me reçoit. Séduit par mes photos lors de la dernière exposition, il m'a conviée dans sa demeure, Les Galets Bleus.

empty