Du Pantheon

  • Maus

    Art Spiegelman

    A narrative sequel to Maus captures the experience of the Holocaust as it chronicles the continuing story of Vladek, who survives Auschwitz, is reuited with his beloved Anja, and sires young Art. Reprint. 100,000 first printing. $100,000 ad/promo.

  • « Je suis allé errer cet après-midi, la sortie pour « prendre l'air », c'est le cas de le dire, en terrain déjà conquis, dans le périmètre autorisé, avec l'attestation datée où figurait mon heure de départ. Impressions étranges. Une ville presque à l'arrêt. Le ciel bleuissait à vue d'oeil, avec une luminosité étonnante. ».
    Entre le 18 mars et le 2 juin 2020, Hervé Macé a tenu son journal, un jour sur deux.
    Chaque marche représente une étape, une évolution, un instant saisi et contemplé à la lumière de cette étrange période. L'actualité est passée en revue, croquée par la plume exigeante de l'auteur. Et si ces pages sont au présent, elles relatent un passé recomposé, avec subtilité et une certaine ironie.

  • En écrivant une oeuvre nourrie de son histoire, Michel Lussey dévoile la beauté d'une existence accomplie. C'est dans un ensemble structuré et imagé, qu'il conte l'ascension sociale de ses parents au début du XXe siècle, sa vie de lycéen des années cinquante et l'ambiance étudiante du Quartier latin des décennies d'après-guerre. Une chronologie soignée pour un voyage initiatique fait de plaisirs, de chagrins et de courage, illustrant toute l'élégance et la faculté de cette famille à vivre dignement au fil du siècle. L'auteur caresse ainsi des souvenirs restés intacts dont l'épisode difficile de la Guerre d'Algérie où il relate sa carrière d'officier dentiste parachuté dans les rangs du premier Régiment Étranger de la Légion. Mais aussi des réminiscences intimement liées à sa curiosité insatiable de la nature humaine, car renoncer à l'universel serait finalement impensable pour un homme d'une telle envergure. Le film de cette vie, de la sienne et des siens, aux teintes sépia et au rythme enlevé, nous plonge et nous absorbe avant tout, dans les descriptions édifiantes de la vie d'un autre temps et de l'intimité d'un jeune Parisien. C'est avec finesse et lucidité que Michel Lussey partage ses mémoires et en révèle un authentique périple : l'itinéraire passionnant d'un gamin de Paris confronté au charivari de son époque. « Les personnages sont authentiques, attachants et hauts en couleur, un vrai plaisir ! » Joseph Joffo

  • Être écrivain public bénévole en centre pénitentiaire bouleverse l'angle de vue sur les personnes détenues : c'est rencontrer l'humain plutôt que le délinquant ou le criminel. Ce qui se déroule derrière les murs d'une prison demeure, pour la plupart d'entre nous, mal connu voire fantasmé. Au travers de 57 portraits, ce témoignage nous donne à entendre le bouillonnement des voix et des appels qui résonnent derrière les grilles. Dérangeant et nécessaire. Après une carrière sociale qu'il a achevée en tant que dirigeant d'un centre d'accueil pour SDF, Jean Desfonds choisit, en parallèle d'une activité de correspondant de presse, d'exercer celle d'écrivain public en prison.

  • À travers ce recueil, Cyrielle Héronneau emmène le lecteur dans un voyage à la fois familier et toujours nouveau: celui du sentiment amoureux, de ses ressentis et ses contradictions, ses émotions et ses exaltations. Dans les mots qu'elle dessine avec sensibilité, elle nous fait traverser toutes ses formes avec une incroyable intensité.

  • Ailleurs est possible

    Maryse Vallin

    Debout, pieds nus, le vent balaie les grains qui filent. Ils effacent les orteils. Certains piquent la cheville. Assaillie, ne pas la bouger. Le vent est fort. Immobilité. Ce pointu saillant de quartz pénètre le fond du coeur. Esprit agressé. Piqué.
    Un léger clapotis de l'eau attire. Toute bleue, non, pas toute bleue. Au loin bleu marine. Plus près, bleu turquoise et au bord presque translucide.
    Energie invisible, la force de sensation a lancé Maryse Vallin dans l'envie. Elle touche ce besoin de donner et se donner, au travers la place continuelle du « peut-être ».
    Aimant l'espèce d'attente, tenace en patience prudente et audacieuse à la fois, elle palpe l'inattendu qu'elle accueille. Son approche trace du fantastique mêlé aux solides émotions de la vie.
    Savourer, jouer, poser les mots et s'inspirer en passivité active, en se laissant abandonner. Renverser l'ordre moral pour le réintégrer au monde de l'époque. Etre dans le rapport au présent, des textes simples traversés par une recherche respectueuse de force de la beauté.
    Transgresser les mots, car, la poésie, c'est un geste.

  • Mabou quitte le Sénégal en quête de ressources pour subvenir aux besoins de sa famille. Une embarcation de fortune, le menant avec ses camarades jusqu'à la forteresse Europe, chavire en Méditerranée. S'il échappe à la noyade, c'est pour devenir l'ouvrier corvéable à merci d'un entrepreneur cupide qui voit en lui une main-d'oeuvre à bon compte. L'odyssée de Mabou et de tous ses frères de misère est ici relatée avec toute la force d'un auteur intransigeant. Après des études de Lettres Modernes à l'université de Ouagadougou, Loro Mazono travaille comme agent au dépôt légal à la direction du livre et de la promotion littéraire du Ministère de la Culture et des Arts du Burkina Faso. En décembre 1998, suite à l'assassinat du journaliste Norbert Zongo, il manifeste pour réclamer justice. En 2000, il est arrêté et écroué. Une fois libéré, il rédige un article sur ses conditions de détention. Arrivé en France, il multiplie les emplois précaires. En 2007, il saisit une opportunité pour travailler sur ce projet professionnel qui l'anime, le journalisme. Aujourd'hui, il collabore au journal L'indépendant fondé par Norbert Zongo. Loro Mazono est l'auteur de « Sans se soucier de la couleur de l'amour » et de « La porteuse de baya - Tome I » parus aux Éditions du Panthéon.

  • The story of an affair between a fifteen-year-old French girl and her Chinese lover, set in prewar Indochina

  • Le tableau

    Jean-Hubert Mabille

    Un tableau au sujet religieux rebattu est découvert par le sacristain de Corbeil-les-Sommes sur le seuil de sa maison. Comment ? Pourquoi ? Afin de faire ouvrir une enquête, l'homme interloqué décide d'avertir le commissaire de police. Un digne émule de Maigret qui, accompagné de son escouade, devra redoubler d'ingéniosité pour dénouer les fils de cette étrange affaire. Doté d'un humour subtil, d'un esprit érudit et d'une plume ciselée, l'auteur nous entraîne au coeur d'un récit haletant semé de références historiques et littéraires marquantes. Il élabore ainsi une composition enchevêtrée et habile au centre d'une machination rocambolesque épinglant les escrocs et faussaires de génie. Le tout rappelant combien un passé trouble permet d'élucider un présent énigmatique... Originaire d'un village de la province de Namur en Belgique, Jean-Hubert Mabille est l'auteur de divers ouvrages éclectiques révélant une personnalité complexe, introvertie mais délicatement enjouée.

  • Dans cette libre adaptation des oeuvres de Mérimée et Bizet, Don José n'est plus le ténor sensible, délicat, terrassé par l'Andalouse. C'est un homme au caractère farouche, violent. Emprise et possession éclatent ; sublimés par le chant en espagnol, le cante, le Flamenco et ses fulgurances. Livret bilingue, en espagnol et en français, ce texte résonne du chant du désir, des vocalises d'une femme insoumise et des cris de l'homme qui va mourir.

  • Jack

    Isabelle Deliener

    Jack est un jeune père de famille, employé d'usine à la petite vie bien réglée. Un soir, dans un bar, il rencontre Monsieur, réalisateur de films pornographiques, qui lui propose un premier rôle dans un remake de « Tarzan », premier film multisensoriel au monde ! Contre toute attente, Jack accepte et le film remporte un succès mirobolant. S'ensuit une descente aux enfers piquetée des brillantes lumières de la célébrité, avec son lot de jalousies, de coups bas et de manigances... Experte en philologie romane, Isabelle Deliener est également musicienne et écrivaine.

  • Maître des cieux, Zeus est aujourd'hui oublié de ses fidèles. Plus aucun humain ne lui rend de culte, ses statues sont tristement enfermées dans les musées. Que faire ? Zeus décide de prendre alors la plume pour retracer sa vie, relater ses amours et ses combats. Que les temples désertés vacillent sur leurs colonnes, le roi de l'Olympe n'est pas avare en révélations ! Philologue classique, historien des religions et conférencier, Xavier De Schutter est l'auteur de nombreux articles, de quatre livres d'histoire comparée des religions et d'un livre sur la Grèce byzantine. Membre du CIERL (Centre Interdisciplinaire d'Étude de la Religion et de la Laïcité), il est collaborateur scientifique à l'ULB (Université Libre de Bruxelles). Après avoir enseigné l'histoire, l'archéologie et la géographie à l'École Européenne de Bruxelles et de La Haye, il enseigne aujourd'hui les langues mortes à l'Athénée Royal d'Auderghem à Bruxelles.

  • « Je consultais les cartes pour le tracé du voyage. Je bénéficiais de mon expérience deux ans auparavant lorsque j'avais réalisé à vélo la traversée du nord au sud de l'Union Européenne ; de l'île norvégienne de Vardo en mer de Barents à Constanta en Roumanie sur la mer Noire. J'avais roulé 4000 km et traversé 9 pays. » Après « La roue libre » qui nous emmenait de l'île de Vardo au Sud de la Roumanie, Françoise Dion nous entraîne cette fois de Strasbourg à la Russie, juchée sur son vélo. Elle nous raconte les rencontres, les bivouacs, l'histoire des pays traversés et nous livre les réflexions qui s'amoncellent dans sa tête au rythme des pédales, jusqu'au monastère des Solovki, près du cercle polaire. Un pèlerinage personnel et intime qui lui fait approcher « l'âme russe ».

  • Plongez au coeur d'une histoire d'amour brûlante d'actualité, celle d'une femme, éprise de vrai, d'un homme à l'activité controversée, accusé d'évasion scale ! Singulier, analytique et poétique, le récit conte la vision de cette dernière, habituellement conquise par le juste et l'essentiel, qui rencontre son contraire en un être fasciné par le nébuleux, l'apparat et le danger. Par passion, avec abnégation, elle le décortique, décrypte son fonctionnement et s'adapte plus que de bonne volonté, s'employant même à faire l'impasse sur elle-même pour sauver son adoré de la suffocation. Embourbée, sentimentalement, dans les méandres judiciaires de son bien-aimé, elle avance, à ses côtés, subit souvent, avec dévouement - comme si de rien n'était - jusqu'à ce que... Diplôme de notaire en poche et titulaire d'une formation en neurolinguistique, Charlotte Tykoczinsky a vite délaissé sa profession pour s'adonner à sa vocation : l'écriture.

  • Faces cachées

    Stella Matutina

    Stella est aux anges lorsqu'elle apprend son admission au lycée Saint-Joseph, où elle pourra exprimer pleinement sa passion pour le karaté dans un club réputé. Mais très vite, le rêve tourne au cauchemar: plusieurs élèves de sa classe se liguent contre elle et la harcèlent sans raison apparente. Au plus mal, la jeune fille cherche simplement à survivre à son année scolaire, mais elle n'est pas au bout de ses peines... Une prise de conscience bouleversante qui met en lumière les dangers du harcèlement scolaire.

  • « Il lui fallait toujours être impeccable, forte de ses compétences, susciter l'admiration, recevoir des compliments. Un besoin de reconnaissance chevillé au corps, porteur de tous les dépassements et responsable de toutes les détresses. Bientôt, elle pourrait faire taire cet impitoyable juge intérieur en arrêtant de se fixer des objectifs trop élevés. En limitant les « il faut » et les « je dois ». Bientôt, elle pourrait lâcher prise, enfin ! ».
    Avec « La queue du lézard », Muriel Batave-Matton nous livre le septième opus d'une fresque humaine orchestrée de main de maître. On y retrouvera d'un côté Anne, sur le point de prendre sa retraite, et de l'autre Mathieu et Pauline, qui se questionnent sur le déroulement de leur futur. Quel est le rôle de la transmission, dans ces relations ? On observera à travers ces personnages aux émotions bien réelles, ciselées avec finesse, un cycle sans cesse renouvelé, celui de la vie humaine qui se prolonge à l'infini, déjouant la mort, au propre comme au figuré.
    Muriel Batave-Matton reste fidèle aux auteurs réalistes du XIXème siècle qui ont baigné sa jeunesse et ses études littéraires. Analyste éclairée de ses semblables, elle excelle à traduire les sentiments de ses personnages avec lucidité et pertinence. Son écriture rythmée nous emporte dans son élan, de la première à la dernière page.

  • « Dans ce livre vous ne trouverez pas de performances exceptionnelles, ni de classements élogieux. Il y a l'idée d'un rêve, d'une possibilité. Et si... ? Et si, lors de mes premiers footings, j'avais imaginé courir 100, 150 kilomètres ? Si, lors de mes balades en montagne, j'avais osé penser à la courir. Et si, lorsque je commençais à m'intéresser au trail, j'avais imaginé être au départ de l'UTMB ? Et si, alors que je commençais à écrire sur un blog, j'avais imaginé en faire un livre... ».
    Dans ce livre, pas de conseils avisés, encore moins de recettes miracles mais le témoignage de la découverte d'une pratique enivrante. L'auteur y partage un cheminement entre les tâtonnements d'un débutant et les méthodes plus affirmées d'un professionnel. Ce qu'il appelle alors « une maigre expérience », est finalement celle d'un coureur amateur qui jongle avec son existence et apprend de façon empirique, à devenir un traileur.
    C'est d'une plume vive et sincère que Julien Leroy exprime ainsi l'accomplissement de ce qui lui paraissait encore hier inimaginable. Des courses sur des dénivelés importants aux franchissements de limites jusqu'alors insoupçonnées, l'auteur se confie sans filtre sur son parcours.

  • « Mais ils taisaient leur peine. La souffrance tue les enfants. Les surdoués se réfugient dans le monde magique : Lionel et Dina étaient de ceux-là. Ce dimanche-là, Dina emmena Lionel dans le parc Marie qui n'était réel que les dimanches. Les autres jours, il n'existait pas. Le parc naissait, chaque dimanche, à l'aurore, au tintement de la cloche, sous une gerbe d'étincelles pourpres, et s'effaçait le soir avec les étoiles pour six jours. » Au Bois de Lompret, les fées et les héros des contes swinguent sur un air de Charles Trenet. Si vous avez du chagrin, vous pouvez vous y réfugier et noyer vos larmes dans une coupe de bulles de lune. Mais hâtez-vous : après minuit, les wagons du train jaune se transforment en brochettes de champignons... À une innocence trop souvent sacri ée, au royaume imaginé par Pierre Jouniaux, les enfants sont rois. Brodé de tendresse et cousu de merveilleux, il est de ceux où il faut savoir mériter le bonheur et la liberté en luttant et en subissant des épreuves au péril de sa vie. Tragique et lumineuse, cette ode à l'enfance est le fruit d'un imaginaire foisonnant et dépourvu de la moindre once de cynisme. Envoutante, poétique, mélancolique et parfois cruelle, elle nous rappelle qu'il y a toujours du beau pour oublier un temps la noirceur du monde : encore faut-il garder ses yeux d'enfant pour l'apercevoir... S'ils étaient d'abord destinés à ses petites soeurs, les historiettes de Pierre Jouniaux bercent aujourd'hui ses petits-enfants. Gageons qu'ils en émerveilleront bien d'autres !

  • « D'accord. Je reconnais bien volontiers que je mens à tout le monde tout le temps, mais je me mens tout autant à moi-même. J'essaie d'oublier le passé, de l'effacer à tout jamais. Hélas, il me rattrape sans cesse. Et voilà pourquoi, sous des dehors joyeux et décontractés, je suis un homme perpétuellement anxieux. Surtout, je t'en prie, ne le répète à personne. De toute façon, mon personnage est si bien campé que personne ne te croirait. » Cathy quitte Paris pour présenter Omar, son ancé, à ses parents divorcés de longue date. En apparence authentiques, ces derniers cachent de nombreux secrets, à l'instar de tout leur entourage. Terreau de notre société, ciment de l'amitié et parfois même liant de notre couple : tout le monde ment ! Il semblerait que Cathy soit la seule personne sincère de tous... Mais est-ce bien une qualité ? Alfred de Musset le disait dès 1834 : « Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ». Avec ce vaudeville lyrique, Gérard Baudon répond brillamment à tous les codes du genre : tromperies, jeux de dupes, galéjades et touche d'absurde sont tous au rendez-vous, non sans humour !

  • Ultra Trail : la course intérieure raconte d'une manière humoristique et psychologique l'engagement d'un homme dans la course à pied la plus difficile du monde. Un univers incroyable dans lequel s'ébroue, maintenant, des dizaines de milliers de pratiquants à la recherche d'une nouvelle existence plus charnelle.

    Des larmes, beaucoup de rires, des ampoules, des entorses, des émotions fortes et une forte odeur de sueur ! Dominique Simoncini est consultant sur RMC et anime un blog, très visité, ce qui l'a poussé à rédiger un livre complet en plus de ses chroniques.

    Sportif de haut niveau, Dominique Simoncini a occupé différents postes dans les domaines marketing, commercial, événementiel ou encore de la communication. En parallèle, il crée et organise le « Super motard de Chamonix », une compétition internationale de moto regroupant les meilleurs pilotes.

    En outre, il intervient fréquemment en tant qu'expert et maître de conférences sur le management humain en situation de crise, et l'amélioration des conditions de travail par le maintien de l'activité physique et cérébrale. Il est aussi un des référents « préparation mentale » de l'équipe de France de ski.

  • Le fjord rouge

    Christophe Dupuis

    Dans cette première pièce de théâtre audacieuse, Christophe Dupuis nous emmène sur les pas d'un spécialiste de la biologie arctique et d'une artiste contemporaine reconnue, embarquant ensemble pour une expédition d'observation des ours polaires. Tout les oppose et pourtant, ils seront confrontés l'un à l'autre dans un huis clos passionnant, où un événement tragique de leur passé les reliera contre toute attente... et au péril de leur propre vie.
    Rêver à de vastes étendues alors que l'on doit s'enfermer en raison d'une pandémie, qui ne l'a fait? L'auteur a transformé ce désir en un texte qui nous emporte dans les paysages et les mystères du Svalbard.

  • Aujourd'hui considéré comme l'un des plus grands écrivains français, Alfred de Musset ne pouvait jouir de cette étiquette de son temps.
    En 1840, arrivé dans un gouffre déserté par l'inspiration, Musset se laisse dépérir dans son appartement depuis seize mois. Gustave, éditeur et meilleur ami du poète, tente de le réveiller de cette léthargie qui s'apparente à une mort artistique afin qu'il se relève et écrive à nouveau. De cette confrontation naîtra un poème «Une soirée perdue». L'inspiration trouvée pour écrire ces quelques lignes ne sera pas sans conséquences...
    Dans cette pièce, l'auteur relate les trois jours où la vie de De Musset a basculé, notamment au contact d'une certaine George Sand...

empty