• Sur les deux rives du boulevard de Clichy coule le vice. Tout commence, ou presque, au XIXe siècle. Les lorettes qui ne fréquentaient pas assidûment leur Notre-Dame, arrondissaient leurs maigres salaires de cousettes en négociant leurs charmes. Elles ont une ambition : devenir l une de ces courtisanes dont les hôtels particuliers se dressent à deux pas des galetas où elles ont débuté leur carrière. Au fil des ans, toute une société parallèle se constitue où se croisent voyous, artistes, gangsters, truands, gigolos. Des bastringues où les filles se déhanchaient en des charivaris infernaux jusqu aux boîtes louches enfumées, une longue promenade dans le temps où crime rime avec tapine.

  • La suite de notre petit périple à travers les rues étroites de Montmartre, en passant par des établissements de plaisir fréquentées par une clientèle d'humeur festive, va lentement se diriger vers un univers plus inquiétant dans lequel la quête des paradis artificiels prime de plus en plus au fil des années.
    Le vice est de plus en plus présent et on assiste à une augmentation des crimes liés à l'homosexualité. Les clients des putes, pour certains, doivent parfois faire face à la « dure réalité » de leur partenaire, d'une nuit. La violence est bien sûr toujours présente, mais les rivalités ne tournent souvent plus autour d'une « gagneuse » et de son turf, mais des portes cochères et autres poubelles pour planquer la réserve des dealers.
    Le principal est qu'à Pigalle on trouve toujours ce qu'on est venu chercher.

  • Montmartre, avant de devenir le temple de la pacotille et de la " croûte ", n'était qu'un petit village viticole sur la route de Saint-Denis, peuplé de gens ordinaires, avec tous leurs travers et leur tendance aux bavardages et racontars, si chers à nos commères. L'arrivée des artistes à la recherche de locaux bon marché en a, peu à peu, fait la renommée artistique sans pour autant modifier les sujets de conversation. Les Bignoleries de la Butte rassemblent des textes d'écrivains d'aujourd'hui et d'hier mettant en scène les personnages variés que nous côtoyons tous les jours.
    Vous ferez tout d'abord la connaissance du milieu des transformistes, avec toute la sensibilité, l'humanité et même la violence qui lui appartient. Vous apprécierez la bonhomie, le bon sens et les brèves de comptoir du Captain Cap de retour de quelque croisade évangélico-alcoolisée parmi les tribus buveuses de bière. Vous suivrez les recherches d'un " reporter au grand large " pour retrouver le propriétaire d'un billet de Loto. Vous entrerez enfin dans l'antre du peintre philosophe Socrate, dont les pensées sont tellement tourmentées par Cupidon qu'il en met la Butte à l'envers.

empty