Armand Colin

  • De 1889 à 1949, le parcours militaire, politique et idéologique du Général Kenji Ishiwara croise de manière spectaculaire et romanesque les moments clefs de l'Histoire du Japon : de l'ouverture forcée à l'Occident par le règne Meiji au désastre d'Hiroshima en passant par l'agression de la Chine, Pearl Harbour et les procès de Tokyo. Issu d'une famille de samouraïs, le général Kenji Ishiwara se hisse rapidement au sommet de la hiérarchie militaire et devient une figure incontournable du paysage intellectuel de l'extrême droite japonaise. Formé en Allemagne dans les années 20, il revient au Japon fort des nouvelles théories sur la Guerre Eclair, la Guerre Totale et la hiérarchie des races. Aventurier politique, il fomente des putschs, contribue à déstabiliser le pouvoir politique de nature parlementaire et se trouve être directement à l'origine de l'invasion de la Mandchourie en 1932.  Oublié aujourd'hui, cet événement détermina pourtant la marche du monde. C'est aussi ce qui a mis le feu aux poudres pour l'essor d'une idéologie fasciste et raciale qui va prospérer au Japon et propager la Guerre en Asie et dans le Pacifique.  Pour comprendre l'évolution du Japon vers le fascisme et sa politique de conquêtes qui va mettre le feu au pourtour Pacifique, de la Mandchourie à la Chine puis à Pearl Harbor, le parcours du Général Ishiwara dont on a retrouvé récemment les archives est idéal. La personnalité d'Ishiwara éclaire de manière organique et romanesque un pan assez méconnu de l'Histoire japonaise qui va de Meiji à la Seconde Guerre Mondiale.  Comment un pays découvre à marche forcée la modernité industrielle ? Comment cette modernité détermine-t-elle les rapports au reste du Monde et notamment à l'Occident ? En quoi le protofascisme militariste prussien a-t-il influencé l'idéologie militariste japonaise des années 1930-1940 ? Autant de processus longs et de tendances lourdes que ce personnage historique draine et croise tout au long de sa vie.

empty