L'editeur En Ligne

  • Phèdre et Hippolyte est une tragédie en cinq actes et en alexandrins, librement inspirée de la pièce de Robert Garnier, Hippolyte, écrite en 1573.

    Dans la Grèce antique, Thésée, chef d'une famille recomposée et roi d'Athènes, est parti guerroyer depuis longtemps.
    Sa jeune épouse, Phèdre, est follement amoureuse d'Hippolyte, né d'un premier mariage de Thésée et d'une amazone.
    Phèdre, persuadée de la mort de son époux, déclare son amour à Hippolyte qui la repousse.
    Au retour de Thésée, pour se venger Phèdre accuse Hippolyte d'avoir voulu la violer.
    Mensonges, calomnies, interventions des dieux, poursuite avec des monstres sanguinaires, accidents fatals... sont au coeur de cette tragédie.

    Isabelle Ulla, par la modernité du langage et de l'écriture, donne naissance à une version de cette tragédie accessible à un large public.

  • " Lorsque vous croisez leurs chemins, certains individus à la vie bien rangée deviennent le grain de sable qui contrarie vos projets.
    Charles Germain est de ceux-là. " Entre son travail, ses montages photos d'animaux sauvages prises dans les zoos et ses rêveries érotiques, la vie de Monsieur Charles, comptable sans histoire dans une petite imprimerie parisienne, laisse peu de place à l'aventure. Mais voilà, la secrétaire de son patron affole ses fantasmes avec son incroyable tour de poitrine. Bien que le quotidien du comptable soit émaillé de nombreuses femmes, l'image de Mademoiselle Lucie perturbe jusqu'à sa raison.
    Lorsqu'elle accepte enfin de l'accompagner au zoo de Vincennes, la vie de notre héros se trouve brusquement bouleversée et sa tranquillité aussi. Sans doute trop pour un seul homme.
    L'auteur nous entraîne dans une aventure où alternent suspense et humour.

  • L'incise

    Roger Jouan

    Un soir d'errance, surpris par la pluie, le jeune homme solitaire se réfugie dans une galerie de peinture où a lieu un vernissage. Il tente de se faire passer pour un invité mais le peintre ne s'y trompe pas et s'amuse de la situation.
    « Il » - le lecteur ne connaîtra jamais son prénom - quitte alors rapidement les lieux.
    Toutefois, il se procure l'adresse du peintre et décide, contre toute attente, de lui passer une commande particulière.
    Une étrange aventure commence alors pour ces deux personnages.

  • Vespasien Ravolstein (dit Montparnasse), un auteur inconnu voire méconnu, nous éclaire peu à peu sur la réalité de ses attentes dans une correspondance cocasse adressée à sa part manquante : l'Éditeur.

    Il est la gare et la valise. La cave sombre et la rue animée.
    Ses lettres, comme autant de stations ferroviaires, marquent des arrêts dans le temps.
    La correspondance, comme une fuite en avant, nous déplace dans les espaces imaginés d'un voyage immobile.
    Agnès Fréjabue

  • L'un des frères de Réjane rend visite à sa famille qu'il n'a pas vue depuis quatre ans et l'accueil que lui réserve sa soeur le surprend :

    « Je me battais avec la pintade alors Dalla est venue m'aider, comme elle ne s'en sortait pas non plus maman est venue à la rescousse et Dalla est retournée auprès de papa, moi je suis partie mettre la table et quand je suis revenue j'ai vu maman par terre et tu es arrivé. Tu pourrais peut-être lâcher cette valise ? » L'auteur brosse le portrait d'une famille de notre époque, désunie, issue de la petite bourgeoisie provinciale. Lorsque Réjane disparaît, ses deux frères, désemparés, doivent organiser seuls les obsèques de leur mère. L'absence de cette soeur qu'ils ne considéraient pas et la mort de la mère achèvent de déconstruire ce qu'il restait de l'édifice familial.

    Sous une plume où se mêlent tendresse, finesse et humour, Alice Yonnet-Droux, dans son premier roman, fait un magnifique pied de nez aux schémas traditionnels.

  • Après la mort de leur nouveau-né, le couple Sarah et Bruno se désintègre.

    Bruno, qui ne sait comment juguler l'anéantissement de sa compagne, perd l'usage de la parole et prend la fuite sans véritable objectif de destination. Arrivé dans une commune inconnue, il fait la connaissance de Suzanne, une vieille dame avec qui il tisse des liens... et qui le convainc de s'installer dans le village, le temps de se refaire une santé mentale.

    Enfermé dans son silence, Bruno se lance dans un nouveau projet d'écriture et dans une relation virtuelle, tous deux censés lui ramener l'amour de Sarah. Mais Internet et la littérature sont-ils les passerelles les mieux appropriées pour reconquérir un amour désintégré ?

  • La narratrice et son frère aîné, Daniel, vivent sous la férule d'un père brutal et méprisant. Pour échapper à la violence, les deux enfants se construisent une maison dans les bois de l'immense propriété familiale : les Antès.
    Entre rêve et réalité, ils vivent dans un univers rythmé par la musique et les jeux de l'imagination. Le garçon protège sa soeur, la fille fascine son frère, manière de compenser l'amour qui manque à leur enfance. Et la forêt presque magique grandit, cerne les Antès de beauté et de mystère.
    Cependant, la révolte de Daniel contre son père va précipiter les évènements, faire surgir de l'ombre leur mère disparue prématurément, lui offrant soudain une réalité suffocante. Elle va aussi favoriser l'action malfaisante d'un petit truand qui s'immisce dans leur existence et s'empresse de servir les desseins de Père.

  • "Peut-être existe-t-il un endroit dans la ville, peut-être existe-t-il dans cet endroit un mur avec des fissures, un trou assez large pour passer tes épaules, peut-être liras-tu sur ce mur des mots, des mots, des mots, des kilomètres de mots gravés au burin comme des paroles sacrées au sens voilé, des mots qui résonneraient comme les mots liberté, égalité, fraternité."

  • Aléas intimes

    Roger Jouan

    Aléas intimes réunit les trois nouvelles : L'escarpe d'ombre, Sandro et L'incise.
    Chacune traque la psyché humaine dans ce qu'elle a de plus énigmatique et de plus captivant : quelle en est la réalité ? Où sont les limites de l'identité ? Qui prend le pas sur la personnalité lorsque l'on consent à s'abandonner au vertige de certaines situations ? Que se passe-t-il si un Autre, réel ou virtuel, s'immisce sous une forme ou une autre, dans l'épaisseur de la chair, dans les méandres les plus secrets de la pensée ?
    Ici ce sont des entités emblématiques, la Voix dans L'incise, l'Ombre dans L'escarpe d'ombre, l'Autre dans Sandro qui tournent autour du héros et, tour à tour, l'inquiètent ou le séduisent. D'abord irréelles mais formidablement actives, indiscrètes et puissantes, elles oeuvrent pour retrouver puis reprendre leur corps, leur âme, aux dépens d'un jeune être vivant. Le lecteur assiste, impuissant à la course-poursuite cannibale dans un ballet d'hommes fragiles et sensuels à la recherche d'eux-mêmes et aspirant à une révélation.

empty