Now Future

  • Une visite à l'hôpital, même pour quelques heures, peut faire un peu peur. Ce petit livre aidera l'enfant à faire connaissance avec l'hôpital et avec les personnes qui vont prendre soin de lui.

    Leïla s'est cassé le bras lors d'une chute en vélo. Mathias doit être opéré. Clara rend visite à son grand-papa hospitalisé. Max va chez le dentiste.

    À travers leur parcours et grâce à Hospi, leur mascotte, ce livre permet aux jeunes à partir de 8 ans et à leurs parents de se familiariser avec l'hôpital dans tous ses aspects.

    Dans ce livre :

    - on découvre les urgences, la pédiatrie, la salle d'opération, les cuisines, la blanchisserie, la pharmacie, - on apprend des trucs pour avoir moins peur des piqûres ou pour prendre ses médicaments, - on découvre les métiers de l'hôpital et des anecdotes passionnantes sur l'histoire de la médecine, - on s'amuse avec des mots croisés et des jeux, - on trouve un glossaire, des références, une bibliographie, des pistes et des adresses utiles.

    Un projet du CHU de Liège.

  • Écrire le français sans orthographe ? Un projet qui peut surprendre, dans notre monde si attaché à l'écrit et au casse-tête raffiné qu'est l'orthographe française.
    ? Iconoclaste ? Non, réaliste et optimiste. L'alfonic est une écriture phonologique du français, un outil mis au point par des linguistes, visant à rendre l'apprentissage de la lecture et de l'écriture plus épanouissant et plus heureux.
    ? Définitif ? Non, l'alfonic offre un marchepied à l'apprentissage de l'écriture et de la lecture. Mais il n'est pas destiné à remplacer l'orthographe.
    ? Barbare ? Pas du tout. La langue orale est belle - et pourtant, l'orthographe n'y intervient aucunement.
    ? Une insulte à notre histoire ? Au contraire, une langue humaine vit : elle n'est pas obligée de rester coincée à une époque de son développement. D'ailleurs, le saviezvous ? Des savants, désireux de conserver l'écriture comme un trésor personnel, ont volontairement compliqué l'orthographe à la Renaissance.
    ? Réservé à des cerveaux en panne ? Certainement pas : l'alfonic permet d'apprendre, sans craindre l'erreur, le fonctionnement de l'écriture. Il permet à l'élève d'écrire tout de suite des phrases complexes. Il lui fait prendre conscience de sa prononciation. Très utile pour corriger un accent ou apprendre une langue étrangère, plus tard.
    ? Démocratique ? Oui, car enfin à la portée de tous :
    Enfants, dyslexiques, apprenants étrangers et laissés-pour-compte de l'orthographe.
    ? Intuitif ? Absolument ! On ne peut pas faire plus simple : un son égale une lettre, une lettre égale un son.
    ? Et l'orthographe ? Elle vient après, comme un jeu.
    ? Et ça marche ? Du tonnerre ! Plusieurs écoles et enseignants l'ont déjà adopté avec succès.

  • Tout ce que Google et Facebook ne veulent pas que vous sachiez.
    On vous suit. On vous analyse. On vous commercialise. On vous manipule. Saviez-vous que des entreprises comme Google et Facebook récoltent des données sur vous à grande échelle ? Et qu´elles les utilisent pour influencer votre manière d´agir, d´acheter et même de voter ? Mais Google et Facebook ne sont que la pointe visible de l´iceberg. Les maisons et les villes « intelligentes » offrent d´incroyables possibilités, mais c´est au prix de votre vie privée et de votre liberté de choix. Comment avons-nous pu laisser faire cela ? Et pouvons-nous encore y faire quelque chose ? Dans ce livre, Jan Walraven a sondé profondément le monde souterrain des cookies qui nous traquent et des algorithmes nourris de préjugés. Il nous livre ici un compte-rendu à la fois terrifiant et encourageant. Car, oui, nous pouvons reprendre le contrôle de notre vie privée !

  • Comment peut-on être à la fois boulanger et anarchiste ? La réponse affleure peu à peu au travers de nouvelles où « rien n´est faux mais tout n´est pas vrai. » Car le récit est pétri de ce « réalisme magique » à la belge qui s´insinue dans la narration sans qu´on remarque tout de suite qu´on a quitté les rives du réel pour cingler vers des horizons plus flous. Pourtant on voit se dessiner des valeurs et des révoltes au travers des souvenirs d´un apprenti boulanger devenu figure médiatique, personnalité engagée et acteur de grands combats sociaux à la JOC, au MOC, au CNAPD, au CIRÉ. Et on découvre, via ces chroniques romancées, l´itinéraire d´un engagement professionnel et militant. Il conduira l´auteur vers cet « anarchisme de non-adhésion » dont il se revendique, une volonté farouche de changer le monde, de lutter contre l´injustice et l´oppression, d´empêcher qu´un autre pouvoir s´installe sur les cendres de l´ancien en confisquant l´initiative de ceux qui ont fait le changement.

  • Braqueur recherché par la police dans les années 1970, Jean-Claude Deffet (72 ans) fut considéré comme l'ennemi public numéro 1 en région de Charleroi (Belgique). Excès de zèle policier ? Dérives d'une enquête qui veut aboutir à tout prix ? Écoutes, surveillances, filatures, infiltrations, malgré la panoplie de moyens mobilisés, le multirécidiviste sera finalement arrêté pour des faits mineurs. Il ne « tombera » pas.
    Petit magouilleur ou trafiquant d'armes rusé, qui est vraiment Deffet ? Un personnage folklorique ou le Mesrine de Châtelet ? L'auteure décrit une époque révolue, celle du grand banditisme belge, avec ses codes de l'honneur, sa loi du silence et ses diktats. Puis elle compare ce milieu disparu des « parrains » à l'ancienne avec le crime organisé d'aujourd'hui et les bandits désormais cyberactifs, dont l'action criminelle bascule dans la revendication « terroriste » lorsque l'idéologie s'en mêle.

  • En 2019, une voiture neuve sur 50 fonctionnera à l'électricité. La voiture électrique et les énergies renouvelables remplaceront irrésistiblement le pétrole. L'auteur explique pourquoi en s'intéressant aux phénomènes d'adoption des technologies. Mais voulons-nous rouler à l'électricité ? L'auto idéale est une machine agréable à conduire, puissante et fiable, et peu onéreuse en carburant et en entretien. Est-ce déjà le cas ?
    Ce livre décrit les avantages et les inconvénients de la voiture électrique, son fonctionnement, son usage au quotidien, les modèles les plus populaires présents et futurs. Il répond aux questions telles que : où sont les bornes de charge ? Quelle est l'autonomie ? Est-il vrai que l'électrique pollue plus que l'essence ? L'hydrogène remplacera-t-elle les batteries ? La voiture autonome, c'est pour rire ? Va-t-on remplacer les pompes à essence par des prises de courant ?

  • Assassin

    Bernard Wesphael

    Brisé de chagrin, dérouté par la mort soudaine de son épouse Véronique Pirotton dans la chambre qu'il occupait avec elle dans un hôtel d'Ostende, le député Bernard Wesphael est inculpé de meurtre avec préméditation. C'était le 31 octobre 2013 à 23h05.

  • L'espoir, n'est-ce pas une chimère, une béquille pour les naïfs ? Soyons lucides : le monde tel qu'il est nous plombe les ailes. Cette sombre ambiance était déjà celle dans laquelle baignait Martin Luther King. À une époque de racisme écrasant, il a refusé de baisser les bras et il a agi. Son action lumineuse a rendu espoir à ceux qui souffraient sous le poids de l'injustice. En fédérant les énergies, en les encourageant à la solidarité, il leur a montré la puissance cachée dans leurs mains.

    Aujourd'hui encore, Martin Luther King nous ouvre la voie. L'espoir n'est pas un souhait, il est action ! La lutte contre les injustices sociales et économiques n'est pas achevée. La précarité guette un nombre croissant de citoyens. Le racisme ordinaire fait toujours des ravages. Fuyant la mort, les réfugiés sont traités chez nous comme des criminels. Il est temps de balayer la résignation et la passivité complice, comme en Espagne ces serruriers qui ont refusé d'expulser des gens de chez eux, en Grande-Bretagne ces employés de nettoyage qui ont exigé un salaire décent ou en Belgique ces familles qui ont accueilli des migrants.

    Mais la générosité et le courage individuels ne sont pas suffisants. L'auteur explique comment construire une mobilisation efficace et à long terme. Comment transformer les intérêts individuels en un projet d'intérêt public. Comment rassembler les rêves de chacun en un plan d'avenir solide porté par tous.

    L'espoir se décide et se construit. Et il soulève des montagnes.

  • La douloureuse affaire Wesphael a permis d'illustrer les faiblesses de la Justice belge : dérives de la détention préventive devenue punitive, obstination aveugle et déni de l'évidence, manque de moyens, etc. Combien d'inculpés, pourtant innocents, ont-ils perdu, dans Les mêmes conditions, Leur famille, leur travail, leur réputation ?
    Retraçant les sinuosités de l'enquête, ce livre s'appuie sur l'histoire de Bernard Wesphael pour analyser le fonctionnement déviant de l'institution. Il montre que plus personne n'est à l'abri d'une tragédie comme celle qui a frappé l'ex-député wallon et pose les bases d'une réflexion qui permettra de définir les contours d'une nouvelle Justice.

  • La douloureuse affaire Wesphael a permis d'illustrer les faiblesses de la Justice belge : dérives de la détention préventive devenue punitive, obstination aveugle et déni de l'évidence, manque de moyens, etc. Combien d'inculpés, pourtant innocents, ont-ils perdu, dans les mêmes conditions, leur famille, leur travail, leur réputations ? Retraçant les sinuosités de l'enquête, ce livre s'appuie sur l'histoire de Bernard Wesphael pour analyser le fonctionnement déviant de l'institution. Il montre que plus personne n'est à l'abri d'une tragédie comme celle qui a frappé l'ex-député wallon et pose les bases d'une réflexion qui permettra de définir les contours d'une nouvelle Justice.

  • Peur de ne pas s'en sortir, peur de l'échec, peur des attentats, peur de la solitude, peur de vivre ensemble, peur du changement, peur de demain. Nous vivons dans une société de la peur. Cette peur est parfois si écrasante qu'on se surprend à penser : « Ne ferais-je pas mieux d'en finir tout de suite ? » Mais la mort n'est pas une option, car elle aussi nous fait peur.

    Pour le philosophe Bleri Lleshi, une des solutions est l'Amour. Non pas sous son aspect romantique ou à l'eau de rose des programmes télévisés (Les feux de l'amour), de la littérature (Cinquante nuances de Grey) ou du cinéma (la saga Twilight). Comme il y est présenté, l'amour ne serait qu'un produit de supermarché, disponible dans les rayonnages éclairés au néon.

    Au contraire, l'amour est ce qui nous épanouit, nous fait grandir et nous réunit. Comme un arbre, il a besoin de s'enraciner avec force : dans les familles, mais aussi dans l'enseignement, l'espace public, les médias et la politique. Cet essai titille - et pourtant, explique le philosophe des rues, il s'est construit sur les histoires quotidiennes de gens ordinaires. Il ramène au centre du débat la solidarité et la spiritualité. Il rappelle l'urgence d'une société de l'amour. Une nécessité vitale en ces temps de peur.

  • Lorsque Jan Nolf prend la plume, les autorités s'agitent sur leur chaise avec inquiétude. Il y a deux ans, le Réseau européen des conseils de la justice avait même qualifié de « danger pour la justice » le juge de paix le plus célèbre de Flandre. Une affirmation qui titille... Si, dans un futur proche, ses propositions venaient à être adoptées, ne fût-ce qu'en partie, notre justice en serait transfigurée.

    Son livre, qui s'appuie sur une carrière de vingt-cinq ans, offre un regard unique sur la justice, qui n'est pas sans évoquer le J'accuse d'Émile Zola. L'observateur critique de la justice écrit ici au ministre Koen Geens et, soucieux que la justice appartienne à tous, appelle le citoyen à défendre l'État de droit.

    Mais l'auteur offre davantage qu'une simple critique. À la manière du Petit Prince de Saint-Exupéry, il dessine des pistes pour une nouvelle justice. Afin que dame Justice se serve à nouveau de sa balance pour maintenir l'équilibre au lieu de passer son temps à déterminer le montant des amendes dans le cadre de la loi sur la transaction pénale - loi qui permet aux fraudeurs, moyennant finances, de faire cesser les poursuites à leur encontre.

  • Néerlandais Moordenarr

    Bernard Wesphael

    Volksvertegenwoordiger Bernard Wesphael is kapot van verdriet en van slag door de plotse dood van zijn echtgenote Véronique Pirotton in de kamer die hij samen met haar betrok in een hotel in Oostende, wanneer hij wordt beschuldigd van moord met voorbedachten rade. Het is 31 oktober 2013, 23.05 uur.

  • Istanbul, janvier 1996. Le puissant homme d'affaires Özdemir Sabanci est tué par le mouvement marxiste DHKP-C. Une étudiante, Fehriye Erdal, employée au nettoyage, est soupçonnée d'avoir ouvert les portes aux tueurs. Complice ou non, elle disparaît sans demander son reste.

    Militante de gauche, issue d'une minorité ethnique et religieuse criminalisée par l'autorité turque, Fehriye Erdal est une résistante non-violente. Mais suite à l'attentat, Ankara voit en elle une terroriste et une coupable idéale.

    Knokke, septembre 1999. Par hasard, la police belge met la main sur Fehriye Erdal suite à une perquisition. Après une première détention à Bruges commence une saga judiciaire qui durera des années et la contraindra à vivre en résidence surveillée et secrète. La situation est bloquée : la militante n'est ni expulsable, ni extradable, ni incarcérable, ni régularisable. La Belgique joue un jeu trouble, entre obligation de protéger une réfugiée d'opinion menacée de mort par un État turc ultraviolent et souci de plaire à Ankara pour raisons diplomatiques. Une poignée de militants, faisant preuve d'une magnifique générosité, partagent la réclusion de Fehriye Erdal, se dévouant secrètement pour son bien-être et sa sécurité durant près de 2000 jours, jusqu'à sa nouvelle disparition en 2006.

    Bruges, février 2017. Fehriye Erdal est condamnée par défaut par le tribunal correctionnel de Bruges à quinze ans de prison pour l'assassinat d'Ankara en 1996. En fuite depuis onze ans, l'inculpée n'a pas pu se défendre.

    Ce livre, écrit par un de ceux qui lui ont porté assistance durant son assignation à résidence, lui offre enfin une voix. Il décrit non une tueuse mais une jeune militante idéaliste, cultivée, luttant pour un monde meilleur. Il dénonce aussi les coups tordus et compromissions de l'appareil sécuritaire et répressif de l'État belge.

    Préface de l'historienne Anne Morelli, professeure de l'ULB.

  • En 2004, Marc Dutroux est condamné à la prison à perpétuité. Il est reconnu coupable de l'enlèvement de Laetitia Delhez et Sabine Dardenne, ainsi que de la séquestration, du viol et de l'assassinat d'An Marchal, Eefje Lambrecks, Julie Lejeune et Mélissa Russo. Depuis le printemps 2017, Bruno Dayez, son nouveau conseil, planche sur un plan de reclassement. Il estime que le détenu le plus célèbre du pays « mérite un autre destin que de finir ses jours en isolement ». Sa thèse : « Le temps passant, les gens s'améliorent ».
    Pourtant, devant la cour d'assises d'Arlon, psychiatres et psychologues avaient exclu toute forme de rédemption. La psychopathie ne se traite pas. L'imprévisibilité réactionnelle est un élément inhérent de l'illogisme d'un être humain atteint dans les méandres de son esprit. Vouloir protéger la société civile d'un tel individu, c'est faire preuve de précaution légitime.

  • Finally, there's a complete work on all the technical and practical aspects of using an electric car! What is its real range? The running cost per mile? Where and how to recharge it? How to extend battery life? How many years can an electric car last? What are its real running and maintenance costs? How do you drive an electric car? The author explains the technology, functioning, and different way of using these new vehicles in language that everyone will understand.
    But that's not all.
    The electric car paves the way for the autonomous car and a new way to meet our mobility needs, i.e., "mobility as a service." With that, we are presented with a new world with different road and parking-lot engineering, delivery schemes, and individual travel patterns, but also one in which car dealers and local garages are fated to disappear. This book is the first one to tackle all their questions.

empty