Navire En Pleine Ville

  • Dans une société hyper technologique, tous les habitants de la planète sont reliés au réseau de surveillance de leur zone gouvernementale.
    Les territoires Inuits, pourtant, ne suivent pas la règle commune ; là, pas de surveillance, une certaine liberté et de grands espaces sauvages où l'on peut échapper au reste du monde, soit pour le plaisir de retrouver la nature et des gestes ataviques , soit pour des raisons plus complexes et plus secrètes. Les gouvernements planétaires tentent désespérément de trouver une parade à cet indépendance, et d'en comprendre le pourquoi et le comment.
    Cela a, semble-t-il, fort à voir avec les narvals, ces mammifères marins à longue dent de licorne, et avec leur sonar si particulier. C'est un roman de science-fiction écologique, soutenu par une intrigue menée avec une grande subtilité, que nous offre Lilian Bathelot. L'interaction constante du récit et de ses méthodes narratives, le refus de toute concession à la simplification, font de "C'est l'Inuit qui concession le Souvenir du Blanc" un roman exceptionnelle brillant.

  • Ce livre est un événement. Son auteur, Luis Ruiz est gitan, et sa culture est toute d'oralité. Pourtant, que ce soit à travers ses photographies qu'il expose régulièrement, ou à travers ses textes qui sont tous des odes à la richesse du monde dont il est issu, Luis Ruiz a choisi de créer des passerelles entre l'univers gitan et celui des gadjos. Et pour la première fois, un texte écrit par un membre de la communauté gitane reçoit le soutien de ses pairs, et sa publication en est encouragée. Ce conte philosophique et poétique est un bijou de tendresse et de passion, un texte qui dit à la fois la fierté d'un peuple, sa douleur de n'être toujours pas accepté tel qu'il est ou d'être caricaturé, ravalé à quelques notes de musiques et d'éternels clichés. Mais aussi et surtout, l'histoire de Catalana et de son grand-père est porteuse de l'espoir fou que l'échange, le respect mutuel et l'ouverture à une vraie communauté de cultures pourra enfin changer le regard que gitans et gadjos portent les uns sur les autres.

    Catalana est une adolescente qui s'interroge : qu'est-ce qui fait sa différence ? Ses cousins et cousines eux, ne se posent pas tant de questions. Le monde est comme il est, les gadjos seront toujours prêts à chasser les gitans et à les mépriser, à les réduire à quelques notes de guitares et trois pas de Flamenco. Mais Catalana a des liens particulier avec son Grand-père, le chef de la famille. Et lui aussi s'interroge et ne se satisfait pas des choses comme elles sont. Ils partagent un rêve : celui de voir les gitans tendre la main à ce que les gadjos peuvent leur offrir de meilleur : l'éducation, la culture écrite. Et faire de cet échange, culture orale et culture écrite enfin réconciliées, la base d'une nouvelle amitié, d'un nouveau respect...

  • Lorsque Carl, machine de combat létale et suréquipée, débarque sur Aria pour une mission de sauvetage de cette planète-colonie il n'est psychologiquement encore qu'un enfant. Une pièce de choix pour les Furets qui viennent assaillir son cerveau, alors même qu'il lui faut découvrir ce qu'il fait là, qui il est, et surtout qui il veut devenir. Ses compagnons ont succombé, mais saura-t-il, lui, se rendre maître de son destin et faire le choix d'être un homme ? Aria des brumes est bien plus qu'un magnifique roman de science-fiction, c'est le récit d'une reconquête volontaire de ce qui rend humain... Premier roman de Don Lorenjy, ce texte à la langue magnifiquement maîtrisée promet une belle carrière d'écrivain à son jeune auteur.
    />

  • Le jeune prince de bactriane a reçu la meilleure éducation que puisse offrir ce iiie siècle avant jc.
    Formé par les maîtres de la philosophie grecque à alexandrie, il revient chez lui, impatient de retrouver sa douce amie qu'il rêve d'épouser. mais son père le satrape a pour lui des ambitions politiques, et le jeu des intrigues, qu'il refuse pourtant de toute son âme, va le plonger dans des aventures tragiques qui le conduiront jusqu'en inde. là, alors qu'il croit son destin scellé, il va découvrir une voie nouvelle, celle du bouddhisme, qui saura peut-être apaiser ses tourments.
    Muriel carminati, auteur déjà primée pour ses nombreux romans retraçant l'histoire de la grèce à différentes époques (la nourriture des anges, prix du ministère de la jeunesse et des sports, jury jeune 1993), nous offre ici de découvrir cette bactriane, carrefour des civilisations grecque et indienne, sous un jour aventureux qui confirme qu'elle est une conteuse hors pair.

  • Six pattes de centaure, un oeil unique, pas de voix, une vie abrégée : les tongres errent sur une planète saccagée.
    Mâles, femelles ou neutres, ils vivent, pensent, ressentent, aiment dans une quête de paix, de bonheur, d'amour. Plus "humains" que ceux, venus d'ailleurs, qui ont plongé leur monde dans la désolation. Une vie nouvelle, une fraternité nouvelle, une voie nouvelle sont-elles possibles pour eux ? Pour nous ? En vivant quelques temps avec les Tongres, à leur rythme, chacun peut s'en faire une idée.


  • 1864.
    en géorgie, le lieutenant stark, malgré ses galons gagnés au feu, a tourné bride pour fuir la boucherie d'une bataille sans espoir et sans raison. un an plus tard, en caroline du nord, déclassé mais pardonné pour d'autres actions d'éclat dans une guerre oú il ne défend aucune cause, sinon celle de sa ferme familiale, il prend la tête d'une mission maudite, avec trois hommes sous ses ordres. un déserteur, un voleur, un couard.
    que l'on peut sacrifier pour le bien commun, pour aller chercher derrière les lignes ennemies un troupeau de boeufs qui nourriront les troupes affamées. quatre hommes pour l'enfer, c'est l'histoire de mauvais soldats qui deviendront des héros, mais pour quoi, pour qui ? pour rien, finalement, parce que la guerre ne justifie que la folie des hommes.

  • Le sablier vert

    Michel Jeury


    si l'empire a rejeté la technologie et prône le refus du développement scientifique pour libérer l'homme de ses contraintes, ce n'est pas sans imposer d'autres limites à ses sujets.
    taël, un jeune archéologue, se doit de les contourner s'il veut retrouver, dans les ruines de dirak, le mythique sablier vert, dont on dit qu'il a toutes les réponses aux questions que l'homme se pose. mais il faut aussi savoir poser les bonnes questions, et le voyage de taël entrouvre des portes sur l'avenir, sur les avenirs possibles, et sur le chemin qui mène à la maîtrise de sa destinée. le temps est un sable vert dit le sage, et finalement, c'est la façon dont il s'écoule qui rend le monde si exaltant.


  • Dans un labo pharmaceutique, un échantillon de tissu vivant met les chercheurs en ébullition.
    Il offre une piste prometteuse pour la réalisation d'un vaccin contre le Sida. Consternation : l'échantillon appartient à un prélèvement de foie de dugong, ces siréniens placides qui peuplent les rivages des îles indonésiennes. Ou plutôt qui peuplaient leurs rivages, car l'espèce est officiellement éteinte, et l'espoir un moment s'envole. Mais s'il restait quelque part, à l'abri des braconniers, quelques uns de ces pacifiques animaux ? Aidé de la si déroutante Amélie, Chris, baroudeur et chasseur d'échantillons, va tenter d'affronter les dangers d'une région politiquement instable, les trafiquants et les concurrents à l'affût, pour espérer retrouver leur trace, et, en les protégeant, offrir un avenir à une population humaine décimée par la maladie.
    Vétérinaire, défenseur inlassable de la biodiversité, Marc Vassart nous offre un magnifique thriller d'anticipation écologique, qui ne laisse à son lecteur ni repos ni échappatoire : protéger la faune, c'est toujours protéger l'humain...

  • Certains héritages sont faits de douleur, de mensonges et de violence.
    C'est une terrible réalité qui s'impose aux 12 ans de Yenshaya, lorsque son univers s'écroule dans le drame absolu. Emmené malgré lui dans un long voyage aux sources de ses origines, un voyage marqué par les combats et les traîtrises, le jeune garçon devra pourtant assumer cet héritage pour survivre et affronter la vérité. Dan un univers toujours étonnant, aux frontières de la Fantasy et de l'épopée médiévale, ce premier tome de Shalinka est d'une incroyable puissance narrative, servi par une écriture particulièrement élégante.
    C'est le premier roman d'Irène Delse, qui dénote, par son exigence et sa complexité, les talents d'un très grand écrivain pour la jeunesse.

  • A Redford, petite ville tranquille, des enfants disparaissent et personne ne semble s'en inquiéter plus que ça.
    Bryan a perdu son frère, mais lui sait ce que les autres refusent de voir : Adam et lui ont trouvé l'Escalier du Diable, Adam en a monté les treize marches de la comptine : un dans le feu, deux dans le sang, trois dans la tempête... Et l'Homme Noir est venu le prendre... Depuis cette disparition, cinq ans plus tôt, ses parents n'ont plus goût à vivre et lui traîne à la fois la culpabilité d'avoir survécu, et le poids d'une histoire à laquelle personne ne veut croire.
    Mais un jour, il rencontre deux garçons qui ont vu l'Homme Noir, et qui veulent avec lui percer le mystère. Ils ont rompu la loi du silence, et sont désormais pourchassés... Ils comprennent cependant que cet Homme Noir est la source de tous leurs cauchemars, et qu'il leur faut, de proies, devenir chasseurs pour découvrir où est née cette horreur et enfin l'affronter en face, sur l'Escalier du Diable.

  • " De quoi manque le plus notre monde ? D'humain !...
    " Humain, humanisme, humanitaire.... autant de termes qui ont la même racine qu'humus, cette vitamine indispensable à la mince couverture qui, à la surface de notre planète, assure notre survie. Cette terre nourricière qu'on est en train d'épuiser, d'assécher, d'empoisonner... Parce que 20% de la population du globe est prisonnière de l'équation : croissance = production + consommation + profit, jusqu'à l'épuisement des ressources, alors que les 80% qui restent n'ont pas accès aux besoins vitaux les plus élémentaire.


  • parce qu'ils décident de s'échapper de la réserve d'indiens oú la famine et le désespoir condamnent à une mort lente, ce jeune couple navajo et leur enfant deviennent des criminels.
    lorsqu'un homme est tué dans cette cavale, la vengeance, l'appât du gain deviennent les moteurs d'une chasse à l'homme oú la pitié n'a aucune place. les " chiens " sont lâchés sur leurs traces, et dylan décide de se joindre à la meute pour sauver ce qui peut l'être. s'engage une course contre la montre en plein désert, un combat entre l'inhumanité du décor et des hommes, et une liberté qui doit être payée à son prix le plus fort.


  • Après la guerre de sécession et son cortège de douleurs, dylan, métis d'indien aux yeux clairs, ne trouve à son retour que les ruines calcinées de la ferme familiale.
    Dans sa petite ville, l'ambiance est lourde et délétère. autour de l'école se joue un douloureux combat contre la ségrégation raciale imposée aux enfants noirs, et les rancunes s'affrontent aux idéaux dans un climat de violence exacerbée. dylan peut-il choisir de tourner le dos à son passé, ou de s'abandonner à venger la mort de ses parents, lorsque des causes pour lesquelles il devient juste de se battre s'imposent à lui comme une évidence née de sa propre nature ? dylan stark est un héros intemporel, de ces figures qui marquent l'imaginaire par leur présence et leur complexité.
    Eternel insoumis, homme libre s'il en est, il est porté par l'écriture magnifique et dense de pierre pelot, qui a su redonner au roman d'aventure sa dimension littéraire.


  • un virus passe encore, mais deux !.
    pour neo, adolescent sans histoires, cela relève du cauchemar. surtout quand le premier, biologique, totalement inconnu des instances médicales, lui fait courir un risque mortel. et quand le second, informatique, se révèle le cheval de troie d'un fou furieux qui en veut visiblement à sa vie. s'engage pour neo une course contre la montre qu'il doit gagner à tout prix pour survivre et protéger ceux qu'il aime.
    aidé de fred, son meilleur ami, de la belle soraya dont il est follement amoureux, et d'eve, une intelligence plus naturelle qu'artificielle, neo tente de démêler les fils de la toile d'araignée qui l'enserre. a la frontière de l'anticipation, le premier roman d'hicham charif fait montre d'une impressionnante maîtrise de l'art du suspense et du mystère.


  • si la production de textes sur l'histoire des religions à destination du jeune public s'est singulièrement étoffée ces dernières années, manquait dans ce paysage éditorial un ouvrage sur l'athéisme.
    paul desalmand, avec ses grandes qualités de vulgarisateur, comble la brèche en nous offrant un tableau remarquable sur le sujet, tant par sa clarté et son exhaustivité, que par son respect pour les diverses sensibilités de ses lecteurs. sans concessions mais avec délicatesse, il nous propose de comprendre les sources de ce mouvement de pensée, d'en peser les qualités et les dérives, parfois, pour nous permettre tant de comprendre mieux, que d'expliquer mieux cet engagement qui a forgé la pensée de nombre de grands intellectuels de notre histoire, en france et ailleurs.


  • tania est journaliste.
    pigiste. pas plus glorieux que cela. mais quand elle tombe sur une histoire abominable de trafic d'organes prélevés sur un gosse lors d'une banale appendicite, son tempérament la porte à la colère. une grosse colère. et si en plus on s'en prend à ses témoins, ses proches et qu'on en veut à sa vie, alors là, les sales types ont intérêt à s'accrocher sérieusement, parce qu'elle mettra toulouse et narbonne sens dessus-dessous s'il le faut, mais elle le fera, son article.
    tania n'est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds et les grands pontes de la mondialisation sauvage, qui roulent sur les pauvres gens comme un 4x4 sur une trotinette, méritent qu'on leur rappelle qu'un bon journaliste, ça ne s'achète pas. non mais.

empty