Editions Moires

  • Des tempêtes sévissent depuis trois mois, rendant inaccessible le phare de Babel. Deux hommes sont à l'intérieur, luttant contre le froid, l'abattement et la folie. Pour la quatrième fois le Kélouane tente d'accoster. La houle est encore trop forte, le bateau ravitailleur fait demi-tour et s'éloigne, laissant les deux hommes dans un accablement absolu. Le magasin est inondé, la porte du bas a cédé. Au-dessus, la salle des machines commence à essuyer des vagues. Il faut réparer la porte. L'eau s'infiltre, les provisions s'amenuisent, les deux collègues sont épuisés, ils ne se parlent plus. Il est temps d'allumer le phare. Pour atteindre la lanterne, il faut gravir trois cent dix-sept marches. Une fois allumé, le phare ne doit jamais rester sans surveillance, mais le collègue pour la relève ne vient pas. Il semble avoir disparu. Ce roman à rebondissements raconte l'histoire d'un homme, gardien de phare, et de sa fuite désespérée.

  • Roman fantastique de 236 pages illustré par l'artiste dessinateur Benjamin Freudenthal.


    Un matin de décembre 1968, entre Noël et le jour de l'an, Balthazar prend la fuite, seul à bord de l'ID 19 break de son père, alors que s'annonce une tempête de neige. Il s'élance dans une quête éperdue depuis l'Alsace jusqu'au sud de la France, dans l'espoir de rejoindre à Bordeaux une troupe de musiciens tsiganes en partance pour l'Amérique. Une épopée baroque et une formidable course contre le temps qui le mèneront en des lieux inquiétants, aux confins du réel, avec les étoiles pour seuls repères...

  • Jardin public mais aussi lieu secret, le Luxembourg est la toile de fond commune aux sept nouvelles de ce recueil. Celui qui flâne régulièrement dans ce Jardin voit des détails qui demeurent invisibles au promeneur occasionnel. Nombre de visages lui sont familiers. Il les croise toujours aux mêmes endroits, figés dans des rôles immuables. Il ne s'émeut plus car, avec le temps, il a appris que le Jardin est un univers à part et qu'il est illusoire de tenter d'en comprendre les usages et les règles. Il se plaît juste à observer ces intimes inconnus. Peut-être qu'en découvrant ces histoires, le lecteur retournera au Luxembourg avec un regard légèrement altéré. Il observera alors davantage les gens que rien ne distingue de l'ordinaire, conscient cette fois que derrière l'apparente banalité se cache parfois une histoire hors du commun. Dans le jardin du Luxembourg il se passe des choses que le promeneur ne voit pas et n'entend pas. Pourtant, il y croise la jeune femme et son chien, le loueur de bateaux, l'habitué, les enfants dans l'aire de jeux, le joggeur, le flâneur, le gardien, l'attaché parlementaire, bref, tous ceux qui vivent justement une histoire dans ce jardin. Avec style, humour et beaucoup d'intrigues, Pablo Mehler nous livre dans ce recueil sept histoires incroyables et captivantes !

  • À la mort de sa mère, Mathilde retourne à Caen, sa ville natale, après dix ans d'absence. La cérémonie se poursuit dans la maison familiale. Au milieu des convives, ils se retrouvent comme autrefois, le père et ses trois enfants, déjeunant dans un silence gêné. Et puis les mets s'enchaînent, le vin coule à flot, les souvenirs ressurgissent, les langues se délient, ravivant les blessures, dénonçant les non-dits. Un roman au style grinçant qui révèle, derrière le quotidien ennuyeux d'une vie de famille en province, un secret bien gardé.

  • L'impasse

    Aymen Hacen

    « Je dois l'avouer : j'aurais aimé apprendre tout de go le décès d'Arkam Mantri. Ça aurait été une lourde peine sur le moment, doublée d'un réel soulagement dans les jours et les mois suivants. Bien sûr, à sa mort, aussi bien les couteaux que les fanfares auraient été tirés, ainsi que les bannières, les louanges et les diatribes, mais chacun aurait trouvé son compte et je n'aurais pas été personnellement impliqué dans tout ça ».

    Les retrouvailles entre un mentor et son disciple, séparés par la Révolution, s'avèrent d'autant plus difficiles que le maître semble être impliqué dans la disparition d'une femme. Sur fond de chaos politique, une histoire d'amour finit de sceller le destin d'un homme, d'une génération, et plusieurs pages de l'histoire d'un pays - tous acculés à l'impasse.

  • Ce recueil de nouvelles rassemble dix histoires d'hommes et de femmes qui s'aiment, qui se déchirent, qui se cherchent, et puis tout bascule... Un premier livre de l'auteure avec dix nouvelles qui ont pour titres : Compte petite, et deviens... / Le porteur d'espoir / À jamais / Volte-face / Luciana / Le grand Chêne / Le jour où Delphine a grandi / Jusqu'au bout / La pute et le taulard / Le temps était clair au-dessus de la ville.

  • Deux femmes s'aiment avec passion et c'est la rupture. Pour celle qui n'accepte pas, qui continue d'espérer et de croire à leur histoire, c'est l'effondrement, avec ses détresses, ses révoltes, ses pulsions, sa solitude. Pour celle qui ne peut se résoudre à oublier passent les saisons dans l'incompréhension, quelque chose lui a échappé, elle essaie de comprendre. Alors elle multiplie les rencontres, elle s'isole dans un monastère, elle voyage en Italie, en Amérique, mais toujours elle revient à Paris. Paris est sa ville, Paris est leur ville. Paris est la ville des amoureux avec ses ponts et ses lumières. Où qu'elle soit, elle pense à celle qu'elle continue d'aimer. Une histoire universelle, vous pensez, et pourtant si singulière. Une histoire aussi où le désir et la jouissance sont racontés sans voyeurisme. Marie Evkine sait dire dans ce livre les " débordements " et ce qui peut sembler parfois improbable, avec poésie. Elle dit l'isolement, elle dit la passion.

  • Un roman panique préfacé par Fernando Arrabal. Deux jumeaux, âgés de quelques heures, sont trouvés un matin dans une poubelle de tri sélectif, miraculeusement vivants. Ils passent leur petite enfance dans un foyer d'accueil, avant d'être adoptés par un jeune couple, les Arenas. Les années passent, Paul et Tristan grandissent, suivent une scolarité et reçoivent une éducation religieuse, puis survient l'adolescence au cours de laquelle ils se lancent dans une quête identitaire absolue. Paul se construit une armure de muscles pour se protéger du monde extérieur. Tristan passe un pacte avec Méphistophélès pour atteindre la Connaissance. La raison épouse leurs folies, tandis que la vertu engendre leurs vices. Un roman panique qui mène le lecteur aux confins de la perversion, de la démence et de l'absurde.

  • 15C et les autres passagers du vol Air Millenial NY-Paris sont assaillis par l'impression que leur avion est au bord du crash. Leur vie défile devant eux. Les sans-oubli est une allégorie sur le sentiment d'imminence d'un grand danger qu'ont les millenials, écartelés entre une quête d'éternité virtuelle et l'angoisse qu'une immense catastrophe leur pend au nez, entre l'urgence d'exister et une étouffante sensation d'impuissance, entre une mélancolie quasi victorienne et une culpabilité dévorante. Par leur faute, les ressources s'épuisent, la planète se réchauffe, la démocratie périclite, la machine s'effondre, à leur contact tout meurt et se fane. Et, seul face au crash, chaque passager tente de comprendre comment il a pu en arriver là.

  • Suite à une chute de trapèze lors d'une répétition, Lucie découvre qu'elle doit être opérée à coeur ouvert en urgence et devenir porteuse d'une valve artificielle à vie. Soutenue dans cette épreuve par Leïla, son amie d'enfance qui se trouve être aussi sa productrice artistique, Lucie va, lors de son périple hospitalier, faire l'expérience de la disparition du temps en revivant les événements troublants de sa jeunesse passée à Casablanca. Coupées dans leur élan créatif et productif par cette panne de coeur, les deux amies vont entamer une relation étrange avec le chirurgien qui va ouvrir le coeur de Lucie, moyennant un deal tout à fait étonnant... Ici la parole s'adresse comme au théâtre et les intrigues s'enchaînent comme dans un roman, avec l'espoir que les vraies cicatrices aient enfin la peau des vieux chagrins.

  • Dans son recueil de 24 nouvelles, Michel Bénézy nous invite à une balade en mer sur les eaux douces et salées des bords et du large. Ses personnages sont touchants, fins, désillusionnés mais jamais désespérés. Avec retenue, au rythme des vagues, ils nous livrent leur histoire.

  • « Camille » est un roman panique sur la manipulation, la folie, la création. Camille est un jeune garc¸on solitaire qui a pour unique ami, le narrateur du livre. Il grandit et se construit dans le chaos : brimades, se´vices, rejet, haine pour sa me`re. A` 18 ans, il s'enfuit d'Hendaye pour aller vivre a` Bordeaux, sans laisser de traces. Il y rencontre Amanda, de´couvre le milieu de la prostitution, celui des transsexuels, et se re´ve`le dans sa nouvelle identite´, Camille devient elle. Jusqu'au jour du drame dont elle est accuse´e et pour lequel elle est incarce´re´e a` la prison de Gradignan. « Camille » joue en permanence sur le double sens et la manipulation multiple d'un point de vue panique tant au niveau du texte et de l'intrigue que des personnages. Le narrateur disse´mine tout au long du re´cit des e´le´ments ayant un double sens qui permettent d'abuser le lecteur, en l'induisant dans une confusion panique dont il ne prend connaissance qu'a` la fin. Il y a un paralle`le entre la construction identitaire de Camille et celle du texte ; ces deux e´le´ments vont de pair, ils sont indissociables, ils se nourrissent l'un de l'autre. Un roman panique préfacé par Fernando Arrabal : « Un roman éblouissant et machiavélique ».




    En prenant connaissance de la tragédie dont Camille était responsable, je pensai que j'étais le mieux placé pour raconter son histoire. Nous avions grandi ensemble et partagé une partie de notre vie : l'enfance et l'adolescence. Aussi, j'eus l'impression que tout ce que j'avais écrit jusqu'à présent convergeait vers le texte que je m'apprétais à écrire, comme si certains passages de mes livres antérieurs avaient renié leur fictionnalité pour effectuer un transfert dans la réalité la plus crue et mettre à exécution l'indicible, au-delà de toute morale. Et le Verbe se fait chair. Il n'est malheureusement pas en mon pouvoir de réécrire l'histoire, cette tragique histoire, neanmoins je peux la restituer en essayant de comprendre ce qui poussa Camille à commettre l'irréparable. Je ne cherche pas ici à défendre ou a condamner Camille, cela n'est pas mon propos, j'en laisse le soin à la Justice. J'ai pour unique objectif de raconter sa vie à travers mes souvenirs et ses confessions.
    Lorsque Camille releva la tête, j'eus le plus grand mal à le reconnaître tant son visage était dévasté, transfiguré. Des cernes creusaient son regard, dessinant deux trous noirs autour de ses tristes yeux bleu decoloré. Sa peau blanche paraissait grise sous l'éclairage implacable du néon, on aurait dit qu'il était sur le point de se consumer. Il esquissa un faible sourire, m'incitant à avancer vers lui. Il se leva, chancela et tomba littéralement dans mes bras.

  • Sous forme d'intrigue policière, avec pour théâtre des guerres civiles qui secouent l'Afrique, l'auteure explore les abysses qui habitent l'être humain en retraçant l'histoire de deux destins dont le cours s'inverse. Celui d'une tueuse à gages métisse franco-africaine dans le couloir de la mort d'une prison américaine et celui d'un agent du FBI en instance de divorce. Pourquoi Sekhmet, enlevée à sa famille depuis son plus jeune âge et formée à devenir une tueuse, s'est-elle rendue au FBI en révélant l'ensemble des activités criminelles de ses comparses ? Que se cache-t-il derrière cette reddition qui pour l'agent Gus Sawyer comporte tous les indices d'une manipulation ? Et à qui profite-t-elle ? Que contient le courrier que Sekhmet écrit depuis le couloir de la mort à Nicolas ? Deux humanités aux destins singuliers, deux humanités en apparence opposées, qui, confrontées à des équations de vie aux paramètres incertains et violents, parcourent chacune à leur tour des territoires intimes jusqu'alors ignorés d'elles. Jamais Gus Sawyer n'aurait pu imaginer que sa vie entière ainsi que les artifices qui la soutenaient voleraient en éclat le jour où il rencontrerait la tueuse. Jamais Sekhmet n'aurait imaginé aimer un homme, livrer ses compagnons d'armes, et rechercher une forme de rédemption dans son couloir de la mort. La voleuse de nuits parcourt les équations irrésolues de la condition humaine, unique dans sa diversité et pourtant universelle.

  • Alors que dans ses insomnies il construisait les prémices de cruelles représailles à l'encontre de celui qui quelques semaines plus tôt proférait publiquement et par le biais d'un réseau social des insultes à son anomalie, voilà qu'il apprend soudainement la mort de cet ennemi dont autrefois il fut l'adversaire éconduit. Une femme entre les deux hommes. Choqué par la nouvelle de sa mort qui ne lui permet plus de mener jusqu'à son terme le châtiment qu'il lui réservait, il s'enferme dans ses obsessions et décide malgré tout d'assouvir sa soif de vengeance. Ici, l'auteur ne cherche pas seulement à dérouler le fil d'une fièvre justicière, il rappelle aussi le désordre de nos vies et l'équilibre instable qu'il doit avant tout à son rapport au monde inscrit dans l'aberration de son propre corps physique. Un premier roman qui nous entraîne de Bordeaux jusqu'au coeur d'une nuit noire en Aveyron, dans un enfermement infernal au dénouement tragique.

  • Caroline est artiste peintre, Jean est passionné par les insectes. Ils forment un couple paisible. Jusqu'au jour où Caroline sombre dans la mélancolie et l'ennui. Le silence de la cigale est l'histoire d'une descente aux Enfers dans les méandres de la folie pour celle qui semblait pourtant promise à un bel avenir artistique et à une vie familiale heureuse. Dans un état psychologique déplorable depuis des mois, Caroline entreprend avec son mari un voyage de plusieurs semaines dans le New Jersey. Et rien ne se passe comme elle l'avait imaginé...

  • Le bruit du moteur déchire le silence, la camionnette s'ébranle. Accroché à l'arrière de celle-ci, le corps de Jackson semble arrimé à ce tas de ferraille malgré les secousses incessantes. Il jette un regard vers Rodrigue tassé sur le toit de la camionnette, l'air songeur. Sa cigarette éclaire son visage ridé.
    - Qu'est-ce que tu as cher ami ?
    - On va arriver en retard.

    Jackson et Rodrigue mènent une vie de misère, traversant les villes avec leur table de jeu pour gagner un peu d'argent. Jusqu'au jour où Jackson se retrouve seul, sans un sou et sans toit dans les rues de Port-au-Prince. Le ciel sans boussole est le récit d'un destin bouleversant, dans un pays toujours touché par les catastrophes.

empty