Les Enfants Rouges

  • Une rue passante, une rue pleine de vie. Une rue vue à hauteur d'un homme à terre. Un SDF. Depuis son monde intérieur, un monde obscur traversé de quelques lumières et de rares espérances, il contemple l'indifférence, lui, l'invisible

  • La vie c'est des étapes... La plus douce c'est l'amour... La plus dure c'est la séparation... La plus pénible c'est les adieux... La plus belle c'est les retrouvailles.

  • Alex et Sidonie habitent dans une grande ville et veulent fonder une famille. Ils pensent avoir tout préparé pour l'arrivée de leur premier enfant, qu'ils veulent élever dans les meilleures conditions. Amis, sorties, culture, nature, ils se sont promis de ne rien sacrifier. On aurait dû les prévenir...

  • De retour de la guerre d'Afghanistan, Damien est sous l'emprise d'un terrible souvenir. Les fantômes de sa mémoire hantent son quotidien et l'isolent de sa femme et de son fils. Sa rencontre avec François, le prêtre du village, va lui permettre de se libérer du passé et de renouer avec les siens. Au coeur des Ruines de Tagab, il y a la métamorphose identitaire d'un homme victime de l'horreur. Comment vivre avec soi-même quand le miroir nous renvoie un reflet abject ? Damien ne sait plus qui il est et s'il peut continuer à être. Ce malaise qu'il porte, à la manière d'un virus, menace de se transmettre sous la forme du tabou, à toutes les générations qui le suivent. C'est par l'art et la parole que François conjure le mauvais sort.

  • Le chemin des égarés retrace l'histoire de Layne, César et Joe. Trois sans-abris errant dans les rues d'une petite ville en périphérie de la Nouvelle-Orléans.
    Au lendemain de l'ouragan Katrina, en manque d'héroïne et de crack, ils décident de partir à la recherche de leur dealer. C'est sur cette route, qu'ils prennent conscience du désastre. Ils rencontrent Zoé, partie à la recherche de sa tante et quelques survivants hagards. Ils font face au manque et aux violentes phases de désintoxication. Et tout en avançant dans cet univers «post-apocalyptique», les trois junkies sont propulsés dans un monde à l'aube d'un nouveau départ où chacun peut choisir. Choisir de s'affranchir d'un lourd passé et de se désintoxiquer, choisir de reconstruire sa vie, comme tous les sinistrés, ou sombrer.

  • Bercé entre l'amour de sa femme et celui bien plus agité de ses deux garçons, Olivier mène sans certitude mais avec beaucoup de bonheur le navire familial. Le soir du vernissage de son exposition, surgit le « spectre » de son père auquel il ne parle plus depuis de nombreuses années. Brutalement plongé au creuset de son enfance, il revisite ses souvenirs afin de comprendre comment la relation fusionnelle qu'il avait avec ce dernier a pu se distendre, presque tendrement, au point de ne plus exister.
    Tout au long du livre Olivier vivra deux temps, celui du présent en tant que père, celui du passé comme fils. Ce changement de rôle et de temporalité lui feront prendre conscience que, s'il est naturel d'être fils, il est bien plus difficile de devenir père.

  • Les Indociles est une saga qui suit les parcours de trois personnages centraux, Lulu, Joe, Chiara , a partir des annees soixante. En lfespace de cinquante ans, ces trois personnages creent des communautes, participent a des elans populaires, font voler en eclats les anciens dogmes pour en eriger de nouveaux. Puis ils prennent de lfage et de la distance par rapport a leurs espoirs.
    Dans ce tome, Lulu, son fi ls Siddhartha et quelques libre-penseurs sfentassent dans une vieille ferme qufils retapent tout en preparant des seances de body-painting pour eduquer les masses. Chiara se prend pour Zorro€; Jean-Ro attaque tous les fl ics qui portent la moustache€; Lulu applique dfune facon tres singuliere le concept de la liberte sexuelle. Seul Joe prend sa place de jeune homme bien comme il faut.

  • Fin des années soixante. Dans la campagne suisse où l'on vit sans faire de bruit par souci du qu'en-dira-t-on, Lulu, fils d'ouvrier, héros du premier tome, a beaucoup d'hormones et ne les gère pas très bien.

    Il embarque dans les choses de la vie avec ses comparses Joe et Chiara. Mai 68 est une nébuleuse qui n'a pas encore atteint les montagnes jurassiennes. Pourtant, les échos lointains de la Sorbonne s'invitent sur les bancs d'école et aux tables du bistro de quartier. Lulu découvre Ferré et feuillette Le Petit Livre rouge. Germent alors, comme les pâquerettes qui font la nique à l'hiver, les idées d'un monde nouveau, idées que va suivre passionnément tout une génération d'indociles. Joe vient d'un milieu bourgeois. Son père dirige une usine d'horlogerie et fait de la fanfare. Joe aimerait bien faire éclater les carcans. Quant à Chiara, fille d'immigré italien, elle est en quelque sorte l'égérie de Lulu. Elle revendique la liberté d'expérimenter tout ce qui vient : sexe, drogues, bourlingues, modes de vie.

    Les indociles est une saga en bande dessinée prévue sur six volumes. Elle suit les parcours de trois personnages centraux, Lulu, Joe et Chiara, au début de leur vie d'adulte, dès la fin des années soixante dans la campagne suisse. En l'espace de cinquante ans, ces trois personnages créent des associations, des communautés, participent à des élans populaires, font voler en éclats les anciens dogmes pour en ériger de nouveaux. Puis ils prennent de l'âge et de la distance par rapport à leurs espoirs et à leurs défaites. Et quand leur propre descendance parle de nouvelles utopies environnementalistes et de grands projets d'émancipation, ils sourient vaguement en regardant plus ou moins dans le vide.

  • Kirkenes, qui a pour point de départ une mystérieuse destruction par le feu, suit la vie de Henrik, Inge et Mia, trois lycéens de terminale, amis de toujours. Désabusés par le conformisme ambiant, rejetant les pressions et les névroses familiales, Henrik et Inge sont deux personnages en décalage, décidés à s'échapper le plus tôt possible de cet environnement dont la normalité leur paraît insupportable.
    À travers une histoire d'amour et d'amitié et une fable douce-amère sur la relation père-fils, Kirkenes raconte comment le fantasme pris sous différents angles - les utopies individuelles, la psychose, la jalousie, l'emballement médiatique - modifie l'approche de la réalité, rend la vie de tous les jours étrangement inquiétante et peut faire d'un acte somme toute futile (l'incendie d'une église abandonnée), l'amorce d'une dérive insidieuse.

  • Les Indociles dépeint avec une acuité pleine d'humour la vie des gens ordinaires, de la fi n des années 60 à 2015, par le biais de trois personnages, Joe, Lulu et Chiara.Les années quatre vingt seront marquées par la désillusion, Goldorak,l'éclectisme musical,l'apparition de la vidéocassette et des premiers jeux vidéo mais aussi dévastées par le sida.

  • Junior

    Personne J.

    Un homme constate qu'il a raté sa vie. Crise de la quarantaine ou sentiment de s'être planté en route, il tente le tout pour le tout : réussir sa vie à travers celle de son enfant. Il adopte un bambin de 9 mois et se lance dans son combat : en faire quelqu'un de bien, qui "réussisse sa vie", avec "une bonne situation". Après tout, n'est-ce pas le but de chaque parent ? On suit le parcours de Junior, son évolution, sa transformation, on suit chaque décision du père, un chemin parsemé d'obstacles. L'éducation est au coeur du récit : comment un père peut-il élever son fi ls et le façonner à l'image qu'il se fait de la réussite. Est-ce utopique ? Une fi ction sur "les bonnes intentions" et la réussite par procuration. Quel impact peut avoir le fantasme de la perfection chez l'enfant ?

  • A l'aube des années 2000, les Indociles ont la cinquantaine. Lulu rencontre enfin l'amour amoureux, Joe entame une cure de désintox et Chiara tente de maintenir le lien avec sa fille Bianca, plus attirée par la Star'Ac et les idées fascistes que par une relation familiale toujours aussi précaire. Tout en essayant de passer le témoin de l'irrévérence à la nouvelle génération, nos trois Indociles aujourd'hui empêtrés dans une existence monotone et sans rébellion, s'inventent toutes sortes de parades grotesques pour maintenir leurs illusions. Vont-ils, chacun à sa façon et avec un doigt d'indiscipline, choisir la liberté et mettre la clé sous la porte ?

empty