Dargaud

  • Un homme arrive dans une étrange contrée et tente de s'habituer à la vie et aux moeurs bizarres des habitants de ce pays. Il a laissé derrière lui femme et enfants pour leur assurer une vie meilleure... Shaun Tan, dessinateur australien né en 1974, traite ici du thème de l'immigration sous une forme métaphorique, convoquant une imagerie fantasmagorique. En résulte une histoire universelle, car tout un chacun pourra s'identifier au parcours de cet homme, à travers les yeux duquel le lecteur vit l'expérience tantôt douloureuse, tantôt enthousiasmante de l'adaptation à une autre culture.

  • Avec L'Invention du vide, Debon signe une histoire complète qui, entre fiction et réalité, met en scène les débuts de l'alpinisme.
    L'Invention du vide, c'est ce défi vain et pourtant magnifique lancé au vide par ces hommes qui, de tout temps, ont rêvé de gravir les plus hautes montagnes. Il faut dire que la montagne a ce don de rendre belles les tentatives des hommes à vouloir aller toujours plus haut. Parfois, elle ose se refuser à leur vanité, se faisant douleur et souffrance. Les Alpes ont ainsi été le théâtre régulier des assauts de ces hommes, au point d'être à l'origine du mot « alpinisme » ! Durant les années 1880, ces conquêtes furent l'objet d'une formidable compétition symbolisée par les aiguilles de Chamonix. S'inspirant des écrits d'Albert Frederick Mummery (1855-1895), Nicolas Debon raconte avec brio ces exploits inutiles et beaux à la fois. À la manière du Tour des géants, qui mettait en scène les cyclistes au début du siècle dernier, il raconte, de façon documentée et profondément humaine, cette épopée. À la fois grave et savoureux, cet ouvrage - qui reste d'abord une fiction - est aussi un sublime hommage à la montagne.
    L'Invention du vide est une aventure documentaire, mais aussi une bande dessinée servie par un graphisme original avec des couleurs directes parfaitement appropriées aux décors majestueux.

  • Cette histoire relate l'incroyable épopée vécue par des hommes durant le Tour de France en 1910, étape par étape. L'auteur s'attarde sur les personnages dont les coureurs Faber et Garrigou. Une vision plus humaine que sportive avec de réels moments d'émotion servis par un graphisme somptueux, d'une grande élégance, par un auteur issu du monde de l'illustration. Une révélation !

  • Elle s'appelle Léna. C'est une jeune femme brune, élégante et mystérieuse. On ignore d'où elle vient et où elle va. Son voyage commence à Berlin-Est, dans le quartier où vivent les anciens dignitaires d'un régime effacé par le vent de l'Histoire. Léna rend visite à un homme qui lui remet une liste de noms et de numéros de téléphone, qu'elle apprendra par coeur avant de la détruire. Après Berlin, il y aura Budapest et un autre rendez-vous. Et après Budapest, Kiev, Odessa, la Turquie et la Syrie. À chaque fois, une rencontre. Peu de mots prononcés, juste un objet étrange remis par Léna à son destinataire ? une boîte de pâtes d'amandes, un flacon de parfum, un nécessaire pour diabétiques.
    />
    Avec "Le long voyage de Léna", Pierre Christin et André Juillard entraînent le lecteur à travers une Europe qui entremêle aujourd'hui et hier. Une Europe où les soubresauts d'une Histoire pas si lointaine semblent se prolonger dans d'étranges projets partagés par ces femmes et ces hommes dont Léna croise la route. Mais elle, quel rôle joue-t-elle? Christin et Juillard laissent planer le doute sur ses intentions. En toile de fond, on devine les ombres du terrorisme international nourri par la frustration d'un passé qui semblait enterré, celui de l'idéal communiste. Récit d'un parcours pas comme les autre baigné de nostalgie et de mélancolie, Le long voyage de Léna permet à Pierre Christin de laisser libre cours à son intérêt pour l'Histoire et pour le destin contrarié des pays de l'Est. Pour leur première collaboration, Pierre Christin et André Juillard signent mieux qu'un album réussi : Le long voyage de Léna est d'ores et déjà un classique.

  • Réfugiée en Australie, Léna tente de reconstruire sa vie loin de la violence aveugle des attentats. Les services secrets, cependant, ne l'ont pas oubliée. Elle doit bientôt replonger dans la folie humaine, passant par une Géorgie très trouble et un camp d'entraînement sub-saharien, avant de finir dans une planque parisienne en compagnie de trois femmes vouées au martyr. Pierre Christin et André Juillard reforment le tandem qui nous avait tant bouleversé avec Le Long voyage de Léna, et signent une oeuvre rare, à la fois politique et contemplative, qui donne à décrypter notre monde torturé.

  • Ces deux albums, prix RTL de la meilleure bande dessinée en 2004, ont constitué l'une des plus belles surprises de l'année. Les voici réunis en version intégrale - au tirage limité - enrichie d'un cahier de 16 pages contenant des inédits. Un must.

  • 1830, Afrique noire. Atar Gull, un superbe esclave, est chargé sur le bateau du capitaine Benoît pour être vendu aux Antilles. Son prix est élevé : c'est le fils d'un roi, un athlète, un guerrier... Son histoire nous entraînera des soutes d'un négrier jusqu'à la Jamaïque, des marchés aux esclaves au coeur des plantations ; son destin sera tragique...
    Fabien Nury et Brunö signent une incroyable fresque flamboyante, une aventure sidérante à mille lieux des poncifs mélodramatiques, un superbe album de 88 pages qui vous hantera bien longtemps après l'avoir refermé.

  • A l'époque des mille et une nuits, quand le Calife de Bagdad organise un grand concours de contes, les participants n'ont qu'une seule alternative : finir couverts d'or ou empalés ! Pour mettre au point la plus belle des fables, cinq d'entre eux décident de s'associer et s'en vont parcourir le monde, à la recherche des meilleurs récits...

  • Le Constat, c'est l'histoire de trois personnages que tout oppose qui, le temps d'un voyage en voiture insolite et dangereux, vont être rapprochés par le hasard et les circonstances...

  • Lydie

    ,

    Avez-vous déjà entendu parler de "l'impasse du bébé à moustache" ? Ne cherchez pas ce bout de rue sur un plan, vous perdriez votre temps ! Seuls Zidrou et Jordi Lafebre peuvent vous y conduire ! Les habitants de l'impasse, les "moustachus", partagent les joies et les peines du quotidien sous le regard d'une statuette de madone à l'enfant Jésus. Alors quand Camille, jeune femme simple d'esprit, perd sa petite Lydie tout juste née, tous les habitants la soutiennent. Ils sont solidaires à nouveau lorsque Camille leur annonce le retour miraculeux de sa petite fille. Mieux vaut un joli mensonge qu'une vilaine vérité, pensent-ils tous. Seulement qu'arrive-t-il quand la vérité reprend ses droits ?

  • Marée basse

    ,

    Ce récit de daniel pecqueur, qui s'apparente à de la science fiction tendre, a été retenu par l'éditeur du présent volume à la seule lecture du synopsie.
    C'est dire exceptionnelle qualité et l'intensité du coup de foudre. restait à trouver le metteur en scène de ces vagabondages farfelus dont le moteur à l'habit rouge est un petit singe en peluche. et puis, gibrat s'en vint. pour marée basse, le coauteur de la parisienne avec berroyer et, plus récemment, du sursis et du vol du corbeau, a su rassembler toute son expérience, tout son sens de la couleur, du jeu avec la lumière et tout son amour des corps féminins, afin de nous donner ces pages oú, même lorsque la mort entre en scène, on ne peut pas s'empêcher de la trouver (très).
    Appétissante !.

  • 1906, Barellito. Une famille venue de Londres emménage au bord de la mer, dans un petit village d'Italie. Le père veut se consacrer à la pêche. Le fils, William, se réjouit déjà à l'idée de courir en pleine nature, loin de la grisaille londonienne. Et puis, il y a Lisa, la petite voisine aux cheveux noirs qui l'a si gentiment accueilli. Mais les habitants de Barellito ne cachent pas leur hostilité aux nouveaux arrivants. Ils n'apprécient pas que des " étrangers " s'installent chez eux. Quant à Lisa, elle semble douée d'étranges pouvoirs...

    Au premier regard, le cadre enchanteur de Barellito semble destiné à préserver ses habitants du malheur. La mer, le ciel bleu, le soleil, la nature. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Derrière ce décor de carte postale, la vie peut prendre les couleurs sombres du drame et de la haine...

    Le récit traduit à merveille le mouvement de balancier qui anime les personnages, ballottés entre leurs aspirations au bonheur et le climat tendu auxquels ils sont vite confrontés. Et le trait d'Olivier Pont, tout en rondeurs joyeuses, est rehaussé par les couleurs parfaites de Chagnaud, qui traduisent avec sensibilité et finesse l'éclatante lumière de la Méditerranée.

  • Une petite ville d'Espagne, dans les années 1920. Isolés, les habitants de cette campagne, proche d'une immense forêt, vivent encore avec les croyances d'un monde ancien. C'est ici que vit Artemisa, une jeune fille qui développe une attirance inexplicable pour la lune. C'est aussi dans cette forêt qu'un drame va se nouer... Un conte fantastique noir et fascinant par José-Luis Munuera qui, après Spirou, se livre à un exercice personnel d'une beauté éblouissante.

  • Une tâche de vin lui dessine sur le visage la carte d'un continent inconnu. Il est né comme ça. Et il est né abandonné. Son décor, c'est un vieux hameau perdu entre une voie ferrée désaffectée et des champs de lavande. un village fantôme d'où la vie s'est enfuie avec le dernier train. Il reste juste le bar-tabac et la boucherie, tenue par une espèce de brute carrée qui accouche ses bestioles, les élève , les abat et les vend... Une jeune femme vit dans une grande maison au bout du village, mais personne ne la voit jamais et on l'appelle Marie-Mystère. Lie-de-vin aime bien penser que Marie-Mystère est sa vraie mère, et qu'un jour, elle lui dira d'entrer. Sa mère, c'est son obsession. Et s'il bouquine le livre des records, c'est parce qu'il cherche un record à battre. Comme ça, elle verra sa photo dans le livre, elle sera fière et elle reviendra. En attendant, il bat un record moins glorieux : trente secondes pour faire l'amour à Maïs, la fille de la ferailleuse. Dans ce décor aride, Lie-de-vin apprivoise les beautés de la vie et ses cruautés avec une sensibilité à fleur de peau, délicatement teintée de fatalisme et d'humour. Quant à Maïs, on ne peut pas dire que ce soit une tendre. Mais elle est vivante et elle l'entraîne vers la vie. Il en a besoin : un salaud lui a tué son chien, et maintenant, c'est le cadavre d'une femme qu'on retrouve enfoui sous terre. Corbeyran et Berlion ont souvent travaillé ensemble. Mais ce livre-là, traitant un sujet plus personnel, semblait incompatible avec le " duo ". Pourtant, le miracle s'est accompli - un miracle qui a demandé des années de travail et d'échanges épistolaires, dont nous avons un échantillon en fin d'album. Soutenue par une construction virtuose, colorée de détails touchants ou terribles, l'histoire avance lentement mais sûrement, avec la force d'une émotion remontée de loin. Et le résultat, entre vie et immobilité, tendresse et espoir, ne se laisse pas oublier facilement.

  • Georges Méliès fut véritablement l'inventeur du cinéma moderne, le premier à réaliser des effets spéciaux, une révolution pour l'époque ! Mais il est aussi un personnage hors norme qui fut prestidigitateur, réalisateur, décorateur, scénariste, acteur... Il fréquenta Prévert, Houdini, les frères Lumière et les surréalistes firent de lui l'une de leurs icônes. Sans doute trop en avance sur son temps, Méliès connut pourtant de gros problèmes financiers et finit sa vie en tenant une boutique de jouets ! Cet album lui rend hommage en racontant une suite d'histoires courtes dans lesquelles l'esprit et la magie de Méliès perdurent.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Un beau voyage, c'est ce qui attend Léa. Depuis toujours Léa cherche sa vie. Elle en bricole une, entre rébellion et provocation. Mais un jour, son père meurt. Alors Léa part sur les traces de son passé. Elle y trouvera une raison de vivre.

  • Emouvant, attachant, tragique, humain, triste, drôle. Une chose est sûre : Où le regarde ne porte pas T. 1 a fait partager un grand moment d'émotion à tous ses lecteurs. Je suis morte. C'est en ces termes que débute le deuxième et dernier volume de cette histoire passionnante. Ces mots sont prononcés par Lisa, ou du moins par celle qui semble être Lisa.

    Des années après leur séparation, devenus adultes, Lisa, William, Paolo et Nino se retrouvent enfin, à Istanbul où réside Lisa. Celle-ci leur apprend qu'elle vient de perdre l'enfant qu'elle attendait et que son compagnon, Thomas, l'a quittée précipitamment.

    Pour William, Paolo et Nino, la surprise est totale et les souvenirs reviennent vite à la surface. Lisa leur demande de l'accompagner au Costa Rica où se trouverait Thomas.

    C'est aussi là que la réponse à leurs étranges visions se trouve. Une magnifique histoire au dénouement inattendu dans lequel on découvrira aussi l'explication du titre...

  • New York, 1939. Un homme mystérieux s'installe dans un petit hôtel, à la recherche d'un certain Ben Koch, un Espagnol qui n'aurait pas respecté un pacte. Le propriétaire de la pension, Red, affirme ne pas avoir de nouvelles de Ben, ce que l'homme ne croit pas. Il décide donc de l'attendre. Et en effet, Red informe Koch qu'il est recherché et qu'il a été vu en train de détruire une tombe à coups de marteau. Pourquoi ? Que cherche-t-il ainsi ? Le FBI se le demande également...

  • Un magnifique one-shot signé par le scénariste de L'envolée sauvage et le dessinateur de FOG et du premier tome de Quintett ! Une très belle histoire sur deux époques, sur deux générations : au début du XXème siècle, dans une région minière du Nord de la France, plusieurs caravanes tsiganes font halte. A la méfiance traditionnelle inspirée par les gens du voyage s'ajoute un lourd passé, une tragique histoire qui s'est déroulée une quinzaine d'années auparavant. Et quand les mêmes personnes réapparaissent, les souvenirs se réveillent...

  • Je m'appelle Eugène, je suis vieux, seul, les gens du village me font des misères, et une bande d'affreux armés jusqu'aux dents veut ma peau.
    Je suis né avec un don qui ne sert à rien : je sais faire pousser des palmiers dans n'importe quel coin de la planète. Tout le monde s'en fout, et tout le monde a tort. Arrêtez-vous un instant à l'ombre d'un palmier, et vous verrez qu'il est là, le sens de la vie.

  • Sortis au début des années 2000, les deux albums d'Où le regard ne porte pas furent un immense succès en librairie. Mais qui sait à quel point cette aventure éditoriale fut complexe ? Doutes, remises en question, atermoiements, réécriture, recherches graphiques (etc. !), tout cela résume des années de travail durant lesquelles les auteurs ont accumulé des documents. Voici enfin réunies des dizaines de planches totalement inédites, la première version du story board du tome 2, les recherches de couvertures ainsi qu'un long témoignage sur cette aventure. L'ensemble (album + story board) sera réuni dans un coffret d'une grande qualité.

  • En 1993 se déroulent les premières élections démocratiques au Cambodge. Jacques est missionné par l'ONU pour organiser l'événement depuis Ratana Kiri, une province proche du Viêt Nam. Cette région est tristement célèbre pour être le berceau des Khmers rouges, et c'est donc dans un contexte explosif que Jacques, lui-même franco-vietnamien, doit notamment assurer chaque mois la réception d'une valise contenant 200 000 $ destinés au paiement des employés. Évidemment, cet argent suscite des convoitises : un groupe de malfrats qui se réclame des Khmers rouges ourdit un plan pour s'en emparer et faire chanter Jacques... Cet ouvrage pose une question géopolitique dans l'Asie du Sud-Est : comment deux peuples de part et d'autre d'une frontière politique, culturelle et économique pourront-ils vivre en paix malgré les fantômes du passé et la difficulté pour accéder à une démocratie ?

  • Deux enfants, Kay et Gerda, sont amis depuis toujours. Leur vie va pourtant basculer le jour où la reine de glace apparaît dans leur ville et emporte Kay ! Gerda décide de partir à sa recherche : un long et étrange périple débute. Elle rencontre des ogres qui menacent de la manger, se retrouve emprisonnée en compagnie d'animaux, se réfugie chez une vieille dame qui cultive de curieux légumes, pénètre dans un château où elle aura une révélation avant de retrouver enfi n son ami Kay. jusqu'à l'ultime rebondissement !
    Un conte fantastique onirique et captivant écrit par Marie Pommepuy (Kerascoët) (Jolies Ténèbres, Miss Pas Touche) et dessiné par le trait fl amboyant de Patrick Pion.

empty