Philippe Sands

  • La filière

    Philippe Sands

    Membre convaincu du parti nazi dès 1923, aveuglément soutenu par son épouse Charlotte, nazie tout aussi fervente, Otto von Wächter a rapidement intégré l'élite hitlérienne, devenant notamment, après l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale, gouverneur de Cracovie en Pologne, puis gouverneur du district de Galicie, dans l'ouest de l'Ukraine actuelle - deux territoires qui furent le théâtre de l'extermination des Juifs. En 1945, après la défaite du Reich, il parvient à fuir, se cache dans les Alpes autrichiennes avant de rejoindre Rome et le Vatican, qui abrite l'une des principales filières d'exfiltration des nazis vers l'Amérique du Sud. C'est là qu'il trouve la mort, en 1949, dans des circonstances pour le moins suspectes. Comment a-t-il pu se soustraire à la justice, de quelles complicités a-t-il bénéficié ? A-t-il été réduit au silence ?
    Intrigues politico-religieuses, espionnage, traque et vie cachée d'un criminel, décès énigmatique, dévotion filiale et passion amoureuse, secrets d'alcôve et trahisons : faisant la lumière sur le parcours incroyable d'un haut dignitaire nazi en fuite, l'enquête méticuleuse de Philippe Sands dresse un tableau saisissant de l'échiquier politique à la fin de la Seconde Guerre mondiale et à l'aube de la guerre froide.

  • Invité à donner une conférence en Ukraine dans la ville de Lviv, autrefois Lemberg, Philippe Sands découvre une série de coïncidences historiques qui le conduiront des secrets de sa famille à l'histoire universelle.
    C'est à Lemberg que Leon Buchholz, son grand-père, passe son enfance avant de fuir, échappant ainsi à l'Holocauste qui décima sa famille ; c'est là que Hersch Lauterpacht et Raphael Lemkin, deux juristes juifs qui jouèrent un rôle déterminant lors du procès de Nuremberg et auxquels nous devons les concepts de « crime contre l'humanité » et de « génocide », étudient le droit dans l'entre-deux-guerres. C'est là enfin que Hans Frank, haut dignitaire nazi, annonce, en 1942, alors qu'il est Gouverneur général de Pologne, la mise en place de la « Solution finale » qui condamna à la mort des millions de Juifs. Parmi eux, les familles Lauterpacht, Lemkin et Buchholz.Dans cet extraordinaire témoignage, qui transcende les genres, s'entrecroisent une enquête palpitante et une réflexion profonde sur le pouvoir de la mémoire.Traduit de l'anglais par Astrid von Busekist.

    Ajouter au panier
    En stock
  • THE BRITISH BOOK AWARDS NON-FICTION BOOK OF THE YEAR 2017 SUNDAY TIMES TOP 10 BESTSELLER When he receives an invitation to deliver a lecture in the Ukrainian city of Lviv, international lawyer Philippe Sands begins a journey on the trail of his family's secret history. In doing so, he uncovers an astonishing series of coincidences that lead him halfway across the world, to the origins of international law at the Nuremberg trial. Interweaving the stories of the two Nuremberg prosecutors (Hersch Lauterpacht and Rafael Lemkin) who invented the crimes or genocide and crimes against humanity, the Nazi governor responsible for the murder of thousands in and around Lviv (Hans Frank), and incredible acts of wartime bravery, EAST WEST STREET is an unforgettable blend of memoir and historical detective story, and a powerful meditation on the way memory, crime and guilt leave scars across generations. * * * * * 'A monumental achievement: profoundly personal, told with love, anger and great precision' John le Carre 'One of the most gripping and powerful books imaginable' SUNDAY TIMES Winner: Baillie Gifford Prize for Non-fiction JQ-Wingate Literary Prize Hay Festival Medal for Prose

  • THE RATLINE - LOVE, LIES AND JUSTICE ON THE TRAIL OF A NAZI FUGITIVE Nouv.

    An astonishing amount of research and expertise has gone into the making of this book . . . a compelling historical and human drama>

  • En décembre 2002, Donald Rumsfeld autorisa l'utilisation de nouvelles 1 techniques d'interrogatoire à Guantânamo, et ouvrit ainsi la porte à des actes de torture qu'on retrouverait plus tard à la prison d'Abou Ghraib.
    Ce livre révèle comment une grande démocratie comme les Etats-Unis a légalisé la torture dans le cadre de sa " guerre contre le terrorisme " et généralisé son utilisation au sein de l'armée et la CIA. Tortures made in USA met en évidence le rôle prépondérant des conseillers les plus proches de l'administration Bush. Il montre comment ces juristes ont violé la loi au nom de la sécurité des citoyens américains.

  • After 9/11, the Bush administration declared that it would have to work through 'the dark side'. And it did: the Administration turned its back on the rules and on America's commitment to the dignity of every human person. This title shows how war crimes were committed. It opens the door to accountability and justice.

  • « Laurenzaccio : la vengeance d'un homme bafoué, habillé en assassinat politique. Nous sommes en 1536 à Florence, la superbe, la mythique. La victime, Alexandre de Médicis, Duc de la cité. L'auteur, Lorenzo, Lorenzino, Lorenzaccio, selon le costume qu'il porte au gré des missions qui lui sont confiées par son cousin de Duc. Faits historiques relatés par l'historiographe Benedetto Varchi, George Sand reprend l'évènement pour en faire une oeuvre à lire dont la puissance dépasse l'écriture d'un Alfred de Musset timide, alors amant de la dame qui lui offrit la pièce en cadeau. C'est sombre, c'est cru, c'est terriblement tragique et désespérément drôle. Plus le crime est horrible, plus le rire nous en protège. L'oeuvre résonne étonnamment avec l'actualité politique. Rien n'aurait changé ? C'est à croire. Alors si ce « polar renaissance » vous intrigue, courrez lire, voir et entendre ce spectacle délicieusement décapant sous les traits du clown Laurent interprété par Philippe Pillavoine et mis en scène par Mario Gonzalez, son compère et complice ».

    Fabien Chabanne, premier spectateur de « Laurenzaccio ».

empty