Anne-Laure Reboul

  • Iris a réussi sa vie : trois romans plébiscités, un mari éditeur attentionné, un appartement confortable au coeur du quartier latin... Et pourtant, alors qu'elle s'apprête à recevoir un important prix littéraire, un mauvais rêve vient assombrir ce bonheur sans nuage. Chaque matin, elle se réveille avec la très nette sensation de vivre la nuit la vie d'une autre version d'elle-même, un double déchu, abîmé, au bord du gouffre, une Iris des mauvais choix et des galères, une Iris de la France d'à côté.
    Et si ce cauchemar n'en était pas un ? Si cette vie d'écrivaine à succès n'était qu'une illusion ? Un drame littéraire intimiste et troublant qui nous donne à réfléchir sur la question du choix et de ses conséquences, sur notre condition sociale et sur la fragilité du principe de réalité... Troublant.

  • Quand la survie des hommes met en jeu leur humanité.

    Russie, 1812. Ils sont une poignée d'hommes et de femmes qui errent dans le grand blanc, dans une étendue de neige immaculée dont la blancheur n'est cassée que par la verticalité de quelques bouleaux timidement dressés. Ce petit groupe livré à lui-même depuis des jours, des semaines, lutte pour sa survie, dans l'enfer froid de l'hiver russe, en marge de la grande retraite napoléonienne de 1812.

    S'il se place dans un contexte historique, La Marche est un roman graphique qui se concentre avant tout sur l'intensité et les rapports entre personnages dans un contexte extrême. Dans un magnifique noir et blanc qui justifie pleinement l'adhésion de La Marche à la prestigieuse collection Intégra des éditions Vents d'Ouest, Régis Penet et Anne-Laure Reboul offre un survival historique aussi cruel que prenant, un huis-clos à ciel ouvert sur fond blanc, à l'issue forcément tragique...

  • La tomate

    ,

    • Glenat
    • 24 Janvier 2018

    Dans le futur, faire pousser une simple tomate est devenu un crime.

    Dans un futur aseptisé et indéterminé, la société est hiérarchisée en trois classes sociales distinctes. L'alimentation est devenue entièrement réglementée par des multinationales. Ce sont elles qui produisent et fournissent tout ce dont se nourrissent les citoyens, si bien qu'il est devenu strictement interdit de cultiver ses propres semences. Aujourd'hui, pour avoir découvert des graines de tomate et avoir osé les faire pousser chez elle, une jeune femme est emmenée devant les tribunaux. Ceci est l'histoire de son procès.

    Dans la lignée des grandes oeuvres d'anticipation telles que SOS Bonheur ou 1984, ce nouvel album de Régis Penet questionne les dérives de notre société moderne et l'appropriation du vivant par des sociétés privées. Un récit qui part de rien (une simple tomate) et nous raconte la fin du monde... dans un futur qui ne nous semble pas si éloigné que ça.

empty