Alain Mounier

  • Bien messieurs... commençons. Tout débute en Afghanistan. Des membres du mouvement Taleb rencontrent un émissaire de la mafia ukrainienne pour " affaire ". Le marché est une liste impressionnante d'armes contre... un objet ! Pour plus de commodité, un nom a été attribué à ce mystérieux objet : Box, tout simplement. Notre informateur essaie de savoir ce que peut-être Box. Sa seule description est qu'il peut tenir dans une caisse de 40 cm de côté . C'est maigre, je vous le concède. Mais une certitude : Box semble faire peur à tout le monde, et peut-être sommes-nous encore en deçà de la vérité.

  • Une présentation critique de la littérature et des politiques sur la croissance et le développement économiques à l'échelle mondiale. L'auteur expose l'état des connaissances et les controverses théoriques et politiques sur la question.

  • "agent james, je pensais qu'en matière d'éventuel danger terroriste, la politique maison du fbi était celle de l'autruche ? - vous avez raison de parler de politique, monsieur.
    Nous sommes quelques-uns à l'agence à vouloir voguer à contre-courant de notre hiérarchie. mais vous-même monsieur, d'après les échos que j'ai pu avoir de cette affaire box, vous paraissez bien seul à vous inquiéter.. - par chance, je ne dois des comptes qu'au président lui-même... et pour l'instant encore, il me donne carte blanche. mais box ne fait pas que m'inquiéter, agent james... box me fait peur.
    "

  • - Bonjour monsieur. Bienvenue au Special Weapons Research Center.
    -On va s'épargner les civilités. Dites-moi tout ce que je dois savoir, en commençant par le début.
    - Le carbone 14 nous donne un âge approximatif de 3500 ans. le coffret est en bois, du cèdre. les rayons X révèlent une cavité en forme de sphère parfaite. Votre boîte est un palimpseste en 3D. Des messages y ont été gravés à différentes époques, chaque fois effacés pour être remplacés par un autre.
    On a pu retrouver, entre autres, des caractères sumériens, égyptiens, araméens, qui délivrent tous le même contenu.
    - Et quel est-il ?
    - En gros : ne réveillez pas celui qui dort à l'intérieur.
    (Dialogue extrait du livre).

  • Ils auraient dû avoir leur bac en 1943. Certains le passeront à la Libération. D'autres n'en auront jamais l'occasion...
    Décembre 1943. Pour Jacques, François et Jean, le baccalauréat est en ligne de mire. Mais une altercation avec un soldat allemand va bouleverser le cours de leur vie. D'autant que les racines juives de Jacques le mettent maintenant en grand danger. Accompagnés de Colette, cousine de François, et avec ce sentiment qu'un étau se resserre inexorablement sur eux, ils fuient vers la Corrèze. Là-bas, leur seule échappatoire est d'intégrer le maquis, et de résister.

    1 autre édition :

  • L'ultime tome de la saga.


    11 novembre 1918. Si les armes se taisent, les rancoeurs ne s'éteignent pas. Celle qu'entretient Dervilly à l'encontre des survivants de l'Ambulance 13 reste d'autant plus vive que l'ex-maître principal devenu inspecteur de la Sureté, a les moyens de l'exercer. Le hasard plaçant l'Écaille sur son chemin, il n'aura de cesse de le harceler, jusqu'à l'envoyer passer quelques jours à la prison de la Santé.
    Incarcéré, l'Ecaille aggrave son cas en participant à une rixe dans laquelle un gardien est tué. C'est la peine de mort assurée. Louis Bouteloup met alors tout en oeuvre pour défendre son ancien camarade de tranchée.

    1 autre édition :

  • Cet ouvrage accompagne les enseignants dans la compréhension de ce qu'est une école inclusive. Il éclaire à la fois les questions administratives tout en proposant des réponses à apporter aux élèves à besoins éducatifs particuliers en s'appuyant notamment sur l'organisation de la classe, des démarches pédagogiques à mettre en pratique, les partenariats, les relations avec les parents...

    Les + - Des ouvrages rédigés avec les questions des enseignants du réseau pédagogique et collaboratif Lea.fr.
    - Des ouvrages synthétiques et précis avec des démonstrations simples et claires.
    - 2 nouveaux auteurs :

    Les auteurs :
    Mélanie Bachimont : Professeure des écoles titulaire, Enseignante spécialisée et Coordonnatrice ULIS TSA (pendant 8 ans à Créteil ), Maître-formatrice puis Conseillère pédagogique ASH depuis fin 2019. Egalement co-fondatrice du dispositif EMC, partageons !

    Nicolas Hibon : Conseiller pédagogique ASH à la DSDEN 94 (grande difficulté scolaire). Anciennement Enseignant spécialisé, Maître formateur puis Coordonnateur ULIS et enfin Directeur de SEGPA.

    Sébastien Mounié : Inspecteur de l'Education nationale.

    OFFERT avec cet ouvrage : 1 mois d'abonnement à lea.fr ;

  • La dernière bataille de Bouteloup.

    Fin septembre 1918. Après avoir participé à la fin des combats du front d'Orient, le capitaine Bouteloup est de retour en France. Il prend conscience des menaces, entre autres navales, que fait encore peser une Allemagne dont la capacité militaire est intacte.
    Néanmoins, la fin du conflit est proche et Clémenceau veut se trouver en position de force pour imposer la paix. Ce sera l'offensive finale, menée par des sacrifiés.
    Bouteloup, qui en a trop vu et n'a plus le goût de survivre, y participera en compagnie des derniers tués de la Grande Guerre.

  • Il s'appelle Louis-Charles Bouteloup. Fraîchement diplômé de la Faculté de Médecine, il se retrouve en première ligne, à Fleury à la fin 1915. Il commande une ambulance hippomobile dont les infirmiers sont connus autant par leur courage que par leur aversion du règlement. Bouteloup est un nom qui compte en politique, car son père est député, lieutenant-colonel et proche du général Pétain. Cette relation privilégiée, loin de le protéger, fera du jeune officier une cible désignée pour les ennemis de l'élu, entre autres le redoutable Georges Clemenceau. Néanmoins, Louis accomplira la tâche épouvantable que la guerre lui impose, en essayant de préserver un humanisme auquel il est attaché jusqu'à la rébellion.

  • Il s'appelle Louis-Charles Bouteloup. Fraîchement diplômé de la Faculté de Médecine, il se retrouve en première ligne, à Fleury, en décembre 1915.
    Il commande une ambulance hippomobile, surnommée l'As de Pique parce qu'elle est connue aussi bien pour le courage de ses infirmiers, que pour leur manque de soumission au Règlement.
    Bouteloup est un nom qui compte en politique, car le baron Horace, père de Louis, est député, lieutenant-colonel et proche du général Pétain. Cette relation privilégiée, loin de le protéger, fera du jeune officier une cible désignée pour les ennemis de l'élu, entre autres le redoutable Georges Clemenceau.
    Néanmoins, Louis accomplira la tâche épouvantable que la guerre lui impose, en essayant de préserver un humanisme auquel il est attaché jusqu'à la rébellion.

  • Chirurgien, il affirme le pouvoir de la vie dans l'enfer des tranchées. Février 1916, dans le Bois des Caures. Le sous-lieutenant Charles-Louis Bouteloup et les gars de l'Ambulance 13 sont désormais rattachés aux 56 et 59ème Chasseurs, dit les - Diables bleus. Commandés par le légendaire et adoré lieutenant-colonel Emile Driant, les hommes de l'Ambulance 13 vont se retrouver au coeur du premier choc de la bataille de Verdun. Parallèlement, soeur Isabelle de Ferlon, d'origine allemande, est arrêtée, interrogée au sujet de l'affaire de haute trahison dans laquelle était mouillé Bouteloup, avant d'être jetée en pâture à l'opinion publique par Clémenceau. Pour tous, c'est un pas de plus vers l'enfer, d'où tout le monde ne réchappera pas vivant...

  • Février 1916. Le sous-lieutenant Bouteloup et les gars de l'Ambulance 13 vont se retrouver au coeur du premier choc de la bataille de Verdun. Parallèlement, soeur Isabelle de Ferlon, d'origine allemande, est arrêtée, interrogée au sujet de l'affaire de haute trahison dans laquelle était mouillé Bouteloup, avant d'être jetée en pâture à l'opinion publique par Clémenceau. Pour tous, c'est un pas de plus vers l'enfer, d'où tout le monde ne réchappera pas vivant...

  • En plein coeur de la bataille de Verdun, la religieuse Isabelle de Ferlon est condamnée au peloton d'exécution pour être intervenue en faveur du sous-lieutenant Bouteloup, accusé de haute trahison. Parallèlement à ce drame personnel, l'horreur collective de la guerre continue. Mais une lueur d'humanité apparaît en la personne de Marie Curie, mandatée sur le front pour y présenter son invention de radiographie mobile destinée à soulager blessés et médecins d'opérations inutiles. L'autochir L'Ambulance 13 est choisie pour l'expérimentation. C'est l'occasion pour Émilie, la dessinatrice montmartroise auteure des plans de l'appareil, de revoir son amour, Bouteloup. Un album où les femmes dans la guerre ont la part belle...

  • Du front aux services de renseignements, un chirurgien de tranchées traverse la guerre et ses ravages. Après la mort d'Émilie, Bouteloup est désespéré. Ses deux amours, son père et trop de ses amis ont été tués au cours de la Grande Guerre. Mutilé de la face et mis en disponibilité, il se sent inutile. Jusqu'au jour où le lieutenant-colonel d'Avrainville lui demande d'accompagner la folle équipée du général Jouinot-Gambetta en Orient.

    Louis accepte, à condition de reformer l'Ambulance 13.
    Au terme du voyage : Uskub, théâtre à venir de la dernière charge de la cavalerie française.

  • Chirurgien, il affirme le pouvoir de la vie dans l'enfer des tranchées.

  • Chirurgien, il affirme le pouvoir de la vie dans l'enfer des tranchées. En cette année 1917, le jeune médecin de première ligne Louis-Charles Bouteloup est un officier dérangeant, car il refuse de fermer les yeux sur les aberrations de la hiérarchie. Faute de réussir à lui faire plier la nuque, l'état-major l'affecte à un secteur moins sensible, en Alsace, où Bouteloup a pour mission de former les futurs chirurgiens de tranchée américains qui s'apprêtent à entrer dans le conflit. Il a la surprise d'y côtoyer les parias de l'armée, les têtes brûlées des Corps francs, et les Peaux-Rouges, arrachés à leur réserve pour tester les défenses ennemies. Bouteloup, une fois encore, ne manquera pas de sujets de rébellion.

  • Du front aux services de renseignements, Bouteloup traverse la guerre et ses ravages.
    Après la mort d'Émilie, Bouteloup est désespéré. Ses deux amours, son père et trop de ses amis ont été tués au cours de la Grande Guerre. Mutilé de la face et mis en disponibilité, il se sent inutile. Jusqu'au jour où le lieutenant-colonel d'Avrainville lui demande d'accompagner la folle équipée du général Jouinot-Gambetta en Orient. Louis accepte, à condition de reformer l'Ambulance 13. Au terme du voyage : Uskub, théâtre à venir de la dernière charge de la cavalerie française.

  • Il affirme le pouvoir de l'humanité dans l'horreur des tranchées....
    Mis à pied suite à une prise de décision jugée cavalière par ses supérieurs, Charles-Louis Bouteloup , chirurgien, n'est pas tenu en odeur de sainteté par ses supérieurs et risque le Conseil de guerre. Grâce au concours de soeur Isabelle, il sera réintégré et reprendra le commandement de l'Ambulance 13. Une fois encore, au milieu de la première attaque allemande contre le village de Fleury- Devant-Douaumont, l'unité bravera l'âpreté des combats pour protéger les blessés, tous les blessés, y compris ennemis. Parallèlement, le colonel-baron Bouteloup, père de Louis, songe au péril que son fils fait courir à sa carrière politique, tandis qu'Emilie apporte sa gentillesse et son humanité à un permissionnaire que le malheur poursuit jusqu'au seuil de sa maison.

  • Chirurgien militaire, Louis Bouteloup est désormais entre les mains de ses pairs. Grièvement blessé et défiguré sur le front alsacien, il peut cependant compter sur les talents de sculpteur d'Émilie pour retrouver un visage. Mis hors du cadre de l'armée, Louis est confronté aux peurs de l'arrière, aux monstrueux canons bombardant la capitale. Il découvre aussi le sentiment profond qu'il éprouve pour Émilie. Sera-t-il trop tard pour reconstruire leur vie ?

empty